Les secteurs

« Sortie de crise » pour le tourisme français, selon Hervé Novelli

06.09.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

La France a retrouvé en juillet-août le niveau de fréquentation touristique de 2008, profitant entre autres du retour des clientèles étrangères, selon le bilan provisoire du secrétariat d'Etat au Tourisme. La saison a été favorable à l'hôtellerie et aux campings. La tendance est par ailleurs « bonne » pour septembre.

En ces temps de rentrée compliquée, sur les plans budgétaire et social entre autres, un membre du gouvernement au moins a de bonnes nouvelles dans sa musette : Hervé Novelli, le secrétaire d'Etat chargé du tourisme. Présentant, hier, un bilan « provisoire » de la saison touristique estivale, ce dernier a en effet annoncé « la sortie de crise pour la France du tourisme », l'Hexagone retrouvant le niveau de fréquentation de 2008, au vu des données dont dispose le ministère (enquêtes Insee sur l'hôtellerie et les campings, baromètre Atout France-TNS Sofres). Pour les dépenses, il faut en revanche encore attendre la fin du mois pour un premier état des lieux.

Au niveau de la fréquentation, les indicateurs sont donc au vert. Le nombre total de nuitées pour l'ensemble des types d'hébergement a crû de 5 % en juillet-août, la progression atteignant 10 % pour les étrangers et 3 % pour les Français, ces derniers ayant déjà, en 2009, massivement privilégié l'Hexagone pour leurs vacances. Si l'on prend en compte les seuls hébergements payants, l'augmentation des nuitées est également de 5 % globalement, la hausse étant de 6 % pour les étrangers et de 4 % pour les Français. Concernant les étrangers, le groupement d'intérêt économique Atout France, qui fait office depuis 2009 de bras armé de l'Etat en matière de politique touristique (promotion, développement, études et statistiques, ingénierie…), note au passage le boom du recours à l'hébergement gratuit (+ 18 % ), qui s'expliquerait par l'importance aujourd'hui du phénomène de la résidence secondaire - chez les Britanniques en premier lieu -mais aussi le développement de l'échange de maisons et/ou appartements.


Les étrangers de retour

Cela étant, les clientèles étrangères sont de retour et l'hôtellerie en profite tout particulièrement avec une hausse des nuitées estimée à + 5,8 %  - à comparer à + 2,3 % pour les Français -, avec une prime pour les 4 et 5 étoiles (+ 16,7 % en juillet). L'activité hôtelière a été tirée par les clientèles lointaines : Proche et Moyen-Orient (+ 67 % en juillet), Russie (+ 54,3 % ), Amérique latine (+ 23,6 % ) et Chine (+ 48,2 % ).

Comme attendu, l'été a été aussi favorable aux campings avec une augmentation des nuitées de 2,2 % en juillet et estimée à + 3,3 %. Il s'agit là de très bons résultats après « une année 2009 déjà exceptionnelle », souligne, à juste titre, Hervé Novelli. Au vu des données plus complètes sur juillet, ce dernier relève encore l'engouement des Espagnols (+ 13,7 % ) et des Italiens (+ 26 % ), alors que l'hôtellerie de plein air attire, traditionnellement, surtout les Nord-Européens.

Le secrétaire d'Etat chargé du tourisme était d'autant plus satisfait hier que « la tendance est bonne » pour septembre et que les professionnels, restaurateurs compris, ont le moral au regard d'enquêtes d'opinion.

En filigrane, Hervé Novelli a dressé le bilan de son action depuis mars 2008 en mettant en exergue « l'efficacité de la politique visant à la montée en gamme de l'ensemble de l'offre touristique française ». A croire que le secrétaire d'Etat, qui a effectivement beaucoup oeuvré pour le secteur - réformes de la classification hôtelière mais aussi du pilotage de la filière touristique avec Atout France, des agences de voyages, du tourisme social -rêve d'une nouvelle destination en ces temps qui sont aussi ceux de la préparation d'un remaniement ministériel.

En cas de statu quo, Hervé Novelli, qui est aussi chargé de la consommation, aura à l'oeil les sites Internet inhérents au voyage et aux vacances. Présentant le bilan des contrôles estivaux de la DGCCRF, il a annoncé à leur égard « une tolérance zéro ».


CHRISTOPHE PALIERSE, Les Echos, le 02.09.10

Dernières actualités