Les secteurs

Services à la personne : Vitalliance humanise l'aide à la dépendance

03.06.2014, source : Les Echos.fr

imprimer

Peut mieux faire. C’est ce que se dit Julien Castel lorsqu’il est confronté au début des années 2000 à la manière dont on répond aux difficultés d’un membre de sa famille devenu dépendant. Justement, ce jeune avocat d’affaires à New York veut créer sa propre entreprise tout en se rendant utile à la société. Il rencontre Pierre Francis, qui partage les mêmes vues, et tous deux créent Vitalliance en 2003. Le marché vient alors tout juste de s’ouvrir aux entreprises privées.

« Nous étions persuadés qu’on pouvait bien faire un métier social et assurer un service de qualité tout en respectant des impératifs économiques », explique Julien Castel, président-directeur général de l’entreprise. « Ce vieux métier qui consiste à permettre à une personne âgée ou handicapée de continuer à vivre chez elle aussi longtemps que possible, en se levant, se lavant, s’habillant, en sortant, en faisant des courses et en mangeant, avait une image de marque poussiéreuse », ajoute Pierre Francis, directeur général. Pour proposer des prestations haut de gamme, les deux dirigeants ont choisi de se spécialiser en ne s’occupant que de dépendance.

Le choix de l’accompagnant

Parce que c’est un métier de main-d’œuvre, ils ont aussi voulu que l’accompagnant ait un profil psychologique correspondant à la demande du client - le référent de la personne à accompagner - et soit formé. Enfin, Vitalliance prévoit un chargé de clientèle pour 30 clients, contre 150 à 200 dans le secteur, afin d’assurer un vrai suivi. Chaque client a le choix entre plusieurs accompagnateurs et ces derniers peuvent refuser si le courant ne passe pas avec la personne dépendante. « Notre rôle ne se résume pas, comme c’est trop souvent le cas dans ce métier, à gérer un planning d’intervenants », dit Julien Castel.

A ce pilier relations humaines, Vitalliance ajoute un réseau informatique ouvert aux clients et intervenants et un fort département juridique pour gérer les contrats des ses 2 000 salariés et 1 000 clients.

L’entreprise de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), forte de 32 agences en propre lui permettant de couvrir 50 départements, a enregistré 25 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013 et prévoit 32 millions en 2014. Prochaine étape, à la fin de l’année, un réseau social propre à la dépendance.

Dominique MALECOT, Les Echos, le 02/06/2014

Les chiffres clés :

Effectif : 2 000 salariés
Chiffre d'affaires : 25 millions
Activité : aide à la dépendance
 

Dernières actualités