Les secteurs

Services à la personne : le boom du secteur va se poursuivre

10.10.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

En 2030, près de 600.000 Franciliens devraient avoir recours aux services à la personne en raison notamment du vieillissement de la population. Le secteur devra recruter 40.000 salariés, ce qui s'annonce délicat.


Garde d’enfant, travaux ménagers, soutien aux personnes âgées, bricolage... Le secteur des services à la personne n’en finit pas d’élargir son offre. Avec un réel succès en Ile-de-France où la population, plus aisée que la moyenne, n’hésite plus à recourir à cette nouvelle gamme de métiers, qui emploie 225.000 personnes dans la région. Selon la dernière étude Insee (1), un Francilien sur dix (508.000) a désormais recours à leurs services, en particulier à Paris (12 % de la population), dans les Hauts-de-Seine (13,8 % ) et surtout les Yvelines (14,3 % ), où près d’un tiers des plus de 75 ans bénéficie d’une aide. La capitale représente le gros des contrats, puisqu’un tiers des salariés travaille pour un ménage parisien. A contrario, en Seine-Saint-Denis, où les ménages sont plus modestes et les femmes moins nombreuses à travailler, l’offre reste supérieure à la demande.

Que demandent les Franciliens ? Principalement de l’aide dans leur vie quotidienne : repassage, ménage, courses... Une tendance qui devrait se poursuivre dans les vingt prochaines années. « Si les comportements restent constants et si les avantages fiscaux perdurent, le simple effet des évolutions démographiques pourrait accroître de 92.000 le nombre de ménages clients », note l’Insee, qui anticipe 600.000 utilisateurs en 2030 (+18 % ). Le vieillissement de la population (9 % des Franciliens auront plus de 75 ans contre 6 % aujourd’hui) y est pour beaucoup, d’autant que la région est sous-équipée en structures d’accueil collectives. C’est d’ailleurs dans les départements les plus « vieillissants » que l’Insee anticipe le plus fort boom : en Seine-et-Marne, où le nombre de seniors va doubler, le segment « aide aux personnes âgées et handicapées » croîtra de 74 %. A contrario, ce scénario démographique laisse présager un moindre essor des services à la familles (soutien scolaire, garde d’enfant...).


Un marché sous tension

Promis à un bel avenir, le secteur devrait recruter quelque 40.000 personnes supplémentaires d’ici à vingt ans, soit 18.000 équivalents temps plein dont la moitié en petite couronne. Reste à savoir s’il trouvera suffisamment de candidats, alors que de l’aveu même des employeurs, le marché est déjà sous tension. De fait, ces emplois, « précaires » et « peu rémunérés » sont souvent occupés par des Franciliennes jeunes et sous-qualifiées, rappelait l’Insee dans une précédente étude parue au printemps (2). En Ile-de-France, malgré le boom des entreprises privées, huit salariés sur dix travaillent directement auprès des particuliers employeurs et ont moins de quatre heures par jour de contrat.


Laurence ALBERT, Les Echos, 10/10/2011

Dernières actualités