Les secteurs

Roche Bobois se recentre pour traverser la crise

04.12.2009, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe familial se recentre sur sa marque phare, dont il poursuit l'expansion internationale, avec 15 ouvertures en 2009. Il a cédé au mois de septembre son autre enseigne, La Maison Coloniale.
Pour contrer la crise, Roche Bobois recentre ses efforts sur le développement de sa marque phare. Le spécialiste du mobilier contemporain, qui va fêter l'an prochain ses cinquante ans, a vendu en septembre son autre enseigne, La Maison Coloniale, lancée en 1997, à l'un de ses franchisés. Au total, une petite soixantaine de magasins ont été cédés, dont 32 en France, pour un montant resté confidentiel. Des fonds réinvestis notamment dans l'expansion du réseau de points de vente Roche Bobois, avec l'ouverture de 15 magasins en 2009, au Moyen-Orient, en Amérique du Sud ou en Asie. « C'est un record », indique Gilles Bonan, le président du directoire.
Aux manettes depuis avril 2008, il est le premier dirigeant non issu des familles fondatrices. Le groupe est toujours détenu à 85 % par les familles Roche et Chouchan, associées depuis 2001 aux financiers Banexi et Siparex. « Le développement international, qui représente 50 % de nos ventes, a servi d'amortisseur à la crise, poursuit Gilles Bonan. Car certaines régions du monde sont toujours des leviers de croissance, comme l'Italie ou le Moyen-Orient. »
Dix projets sont dans les cartons pour 2010, dont un nouvel espace chez Harrods à Londres. Aujourd'hui, l'enseigne compte déjà 240 points de vente dans 40 pays, dont un quart en France. A Paris, elle vient de finir le réaménagement de son navire amiral, le point de vente historique des Chouchan, boulevard Sébastopol, baptisé à ses débuts « Au Beau Bois ».


Production en écoconception

Dans un contexte où le secteur du meuble a été durement frappé par la crise, la société continue de résister. Son chiffre d'affaires consolidé devrait reculer de 6 % cette année, à quelque 240 millions d'euros. Le résultat net, non communiqué, reste positif. « Nous continuons de miser sur la créativité, grâce à la dizaine de designers avec lesquels nous travaillons », précise le dirigeant. Ces créations contemporaines haut de gamme sont dans les gènes de l'enseigne, qui s'est développée en important du mobilier scandinave dans les années 1960. Aujourd'hui, ses canapés, buffets ou autres tables basses sont fabriqués en Europe (France, Italie, Portugal, Angleterre) par une quinzaine de fournisseurs fidèles.
Depuis cinq ans, Roche Bobois fait figure de pionnier en termes d'écoconception dans l'ameublement. Le groupe fait fabriquer du mobilier à partir de forêts certifiées, sans utiliser de pièce en métal et seulement des vernis à l'eau. Ce concept qui s'applique aussi à l'emballage et au transport va être étendu. « Pour les canapés, nous travaillons sur la mise au point de mousses à base de soja,précise Gilles Bonan. Notre objectif est que, dans cinq ans, la moitié de la production soit en écoconception. » Pour 2010, l'entreprise mise sur un plan d'investissement de l'ordre de 6 millions d'euros, contre 10 millions en moyenne les années passées. La société sent pourtant les frémissements d'un redémarrage. Réuni il y a quelques semaines, l'ensemble de ses franchisés dans le monde a vu ses ventes repartir, « mais on ne peut pas encore dire si cette reprise sera durable », indique le président du directoire. Le groupe compte deux autres chaînes, Cuir Center et Natuzzi, les canapés italiens, dont il détient la franchise dans l'Hexagone.
D. CH., Les Echos le 03/12/09
 

Dernières actualités