Restauration rapide : McDonald's Chine met ses clients au poisson

03.08.2014, source : Les Echos.fr

imprimer

Le géant américain du hamburger, McDonald's, a dû réagir au scandale frappant un de ses fournisseurs de viande en Chine.

Des McDonald’s chinois ont cessé de vendre des hamburgers et ne proposaient plus parfois que des sandwichs au poisson, a indiqué le groupe le 29 juillet dernier , après un scandale de viande avariée touchant un de ses fournisseurs.

Les autorités chinoises ont, en effet, pris la décision, il y a une semaine, de fermer une usine de Husi Food, filiale shanghaïenne du producteur alimentaire américain OSI Group. Son patron américain s’est déplacé en personne à Shanghai pour présenter ses excuses aux consommateurs chinois. A la suite de l’émoi provoqué, McDonald’s a annoncé dans un communiqué qu’il avait « cessé d’utiliser tous les produits venant de l’ensemble des usines d’OSI en Chine », et pas seulement ceux du site shanghaïen cœur du scandale.

Cette décision a entraîné « des pénuries de certains produits » pour quelques-uns des 2 000 restaurants du pays, a reconnu la chaîne américaine de restauration rapide, sans davantage de précisions. De fait, les Big Mac et autres McNuggets (croquettes au poulet) - produits emblématiques du géant américain - ne figuraient plus au menu de certains restaurants, comme à Pékin, où seuls des Filet-O-Fish - sandwichs au poisson - étaient proposés aux clients, a constaté l’AFP.

Viandes périmées

De son côté, OSI Group a annoncé qu’il retirait du marché l’ensemble des produits fabriqués par sa filiale incriminée. Les autorités chinoises ont confirmé, la semaine dernière, que Shanghai Husi Food avait réétiqueté et commercialisé des viandes périmées, falsifiant pour cela des dates de fabrication.

Le scandale a eu un fort retentissement en dehors de Chine continentale : McDonald’s Japon a ainsi annoncé avoir cessé l’importation de tous les produits au poulet venant de Chine, et les restaurants McDonald’s de Hong Kong ont suspendu leurs ventes de nuggets, entre autres aliments. Les médias chinois et étrangers ont repris à l’envi des images tournées dans l’usine de Shanghai, où l’on aperçoit des ouvriers remettre sur la ligne de production de la viande tombée au sol, ou manipuler de la chair si avariée qu’elle en est verdâtre.

Régulièrement confrontée à des scandales alimentaires, allant d’huiles de cuisine recyclées aux œufs teintés de colorants nocifs, la Chine est particulièrement sensible à la sécurité des aliments. Du lait contaminé à la mélamine avait provoqué, en 2008, la mort de six enfants et la colère des Chinois.

Antoine BOUDET, Les Echos, le 29/07/2014

Dernières actualités