Les secteurs

Restauration rapide : les bonnes recettes des enseignes

06.05.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Prenez un quartier parisien animé et déjà bien pourvu en enseignes de restauration rapide, comme celui qui s'étend entre la Bourse et l'Opéra à Paris. En quelques semaines, il n'en a pas moins vu s'ouvrir des points de vente supplémentaires, avec un nouveau Cojean (qui fête cette année les dix ans de ses jus et salades), l'arrivée du plus jeune Qualité & Co ou de Rotiss'Express. Quant à Exki, enseigne d'origine belge déjà présente dans cette zone, elle y a non seulement créé un deuxième lieu mais en prévoit un troisième avant la fin juin, quadrillant ainsi le quartier.


Crêpes, tex-mex ou purées

Ces ouvertures traduisent l'ébullition que connaît le monde de la restauration rapide. Il faut dire que la crise a accru l'intérêt de la clientèle pour ces formules moins chères. Même un acteur de la restauration traditionnelle comme le groupe Flo (Hippopotamus, Bistro Romain...) vient de lancer à la Défense un nouveau concept express associant service à table et vente à emporter, baptisé « Red d'Hippo ». Quant au poids lourd McDonald's, dont le chiffre d'affaires a augmenté de 8 % l'an dernier dans l'Hexagone, il teste de nouvelles approches, du service à table au McCafé solo, sans hamburger mais bien pourvu en salades.

la restauration rapide en chiffres
31,2 milliards d'euros : le chiffre d'affaires de la restauration rapide en France en 2010 (19,7 milliards en 2004). Soit 38 % de la consommation alimentaire hors domicile.
48 %  : la part de la vente à emporter dans la restauration rapide.
Plus de 2 milliards : le nombre de sandwichs consommés chaque année en France, tous circuits confondus (restauration rapide, grande distribution, boulangeries...).
3,18 euros : le prix moyen d'un sandwich en 2010, toutes recettes confondues.
2,52 euros : le prix moyen d'un jambon-beurre en 2010 (en baisse de 1,9 % par rapport à 2009 et de 3 % par rapport à 2008). A Paris, le prix atteint 3,06 euros contre 2,08 euros à Caen, la ville la moins chère.
Source : Sandwich & Snack
Show-Gira Conseil


Pour manger vite, il y en a aujourd'hui pour tous les goûts. Le kebab et le sushi ont gagné du terrain dans un nombre croissant de villes, même si certains consommateurs ont montré quelques réticences face au poisson cru après la catastrophe japonaise. Roule Galette montre qu'un grand classique comme la crêpe peut être revisité en mode restauration rapide. Cactus met la cuisine mexicaine au régime fast-food, tandis que Rutabaga explore les spécialités françaises ou que Pur et Caetera, à Strasbourg, mise sur les purées.


Bataille frontale

Car la concurrence se fait de plus en plus rude. La grande distribution mais aussi les boulangeries sont passées à la vitesse supérieure en matière de sandwichs et de snacking. En trois ans, les linéaires que leur consacrent les grandes surfaces se sont accrus de 15 à 20 %, selon Gira Conseil. Et au sein de la restauration rapide elle-même, la bataille devient encore plus frontale. Si les nouveaux points de vente ne manquent pas, d'autres ferment, faute d'un concept suffisamment abouti ou d'un bon emplacement. Dans le même quartier parisien voisinant l'Opéra où fleurissent les petits nouveaux, la vitrine d'un fast-food spécialisé dans le wok porte depuis peu la mention « Bail à céder ».


Clotilde BRIARD, Les Echos, le 02.05.2011

Dernières actualités