Les secteurs

Restauration rapide : en France, McDonald's s'adapte et traverse la crise sans encombre

03.12.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

McDo France a enregistré une croissance de plus de 8% au cours des deux dernières années. Sa vitalité témoigne du succès de la restauration rapide.

Avec la mise en place d’un nouveau concept d’établissement, McDonald’s confirme être plus que jamais prêt à des évolutions pour s’ancrer encore plus profondément sur le marché français de la restauration commerciale. Si le «burger» et les frites restent au coeur de son offre, la branche tricolore du géant américain a su notamment, au fil des années, remettre en question les codes de la marque et élargir sa proposition en introduisant par exemple les salades, ou en élargissant sa palette de boissons, pour percer et se développer. A l’étude depuis quelques temps, le lancement, au cours du second semestre 2012, d’un sandwich baguette, produit-phare de la restauration rapide, est d’ailleurs symptomatique de cette volonté d’élargir sa clientèle, avec, au passage, une forme de francisation. Et elle est réussie.

Présent en France depuis 1979, McDo y est, et de loin, le numéro un de la restauration commerciale avec un chiffre d’affaires - hors taxes-sous enseigne de 3,9 milliards d’euros l’an dernier, pour un total de 1.195 établissements. Avec une croissance des ventes de 8,1% en 2010, après une progression de 8,5% en 2009, l’enseigne a traversé sans encombre la crise. Cette dernière semble même lui avoir été bénéfique...


Dépense moyenne en hausse

De fait, la restauration rapide, à laquelle l’enseigne est rattachée - même si l’évolution de McDo France peut brouiller les cartes -, a été plutôt résiliente ces dernières années, pour le moins compliquées pour la restauration commerciale en général. Après avoir connu une baisse de fréquentation de 0,5% en 2009, la restauration rapide s’est ainsi ressaisie depuis avec une hausse de 0,4% l’an dernier, et de 0,5% pour les neuf premiers mois de 2011, selon le cabinet d’études NPD Group. Mieux, la dépense moyenne a continué d’augmenter et plus fortement, la hausse étant de 1,4% en cumul pour les neuf premiers mois de 2011. Une progression qui tient à l’accroissement du nombre de produits consommés par visite: celui-ci avoisine désormais 2,6, à comparer à 3,4 pour la restauration à table.


Christophe PALIERSE, Les Echos, 28/11/2011

Dernières actualités