Les secteurs

Restauration : La fréquentation des restaurants connaît une baisse sensible

12.07.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

L’année 2012 sera-t-elle celle d’un retournement brutal dans la restauration commerciale, après une reprise d’activité l’an dernier ? La question s’impose au vu d’un mauvais début d’année pour les professionnels, que ne peut masquer une hausse en trompe-l’oeil des dépenses des clients. Selon le cabinet d’études marketing NPD, qui fait référence dans le secteur, la fréquentation des restaurants a diminué de 2 % au cours des cinq premiers mois de l’année par rapport à la même période de 2011, avec un total de 2,1 milliards de visites, soit une perte de 41,7 millions d’entrées. Pour mémoire, la fréquentation avait progressé de 0,7 % sur l’ensemble de l’année dernière, après des reculs de 0,5 % en 2010 et de 1,4 % en 2009. Tous les segments sont touchés, y compris la restauration rapide, qui a le vent en poupe depuis des années et résiste en cas de crise. Or elle connaît un fléchissement de la fréquentation de 2,2 %. Quant à la restauration traditionnelle, qui avait repris du poids en 2011, elle enregistre un retrait de 2 %. Le repli est même de 4 % pour les cafés, bars et brasseries.


« Signal d’alarme »

Ce retournement général doit beaucoup à l’atonie de la consommation de loisirs avec, en particulier, une baisse de fréquentation de 9 % le week-end. Outre un contexte économique dégradé, la tendance s’explique par une météo peu favorable aux sorties. Comme le souligne, entre autres, le président du directoire de Léon de Bruxelles, Michel Morin, l’activité a été tout particulièrement en berne en février : pour ce mois-ci, le spécialiste de la formule moules-frites accuse une chute de la fréquentation de 13 % à parc constant, la baisse étant de 6 % en moyenne sur le semestre. Par ailleurs, comme attendu, la séquence électorale et l’Euro de football ont influé sur la consommation.


En dépit de cette baisse de la fréquentation, le chiffre d’affaires des restaurateurs a globalement progressé. Selon NPD, la dépense moyenne a crû de 2,6 % sur les cinq premiers mois de l’année, soit un chiffre d’affaires estimé à 14,2 milliards pour l’ensemble du secteur. La croissance s’explique par la remontée du taux de TVA réduit à 7 % et la prise en compte du renchérissement des denrées alimentaires. « Notre ticket moyen a certes augmenté de 1 %, mais la fréquentation a diminué de 8 % à périmètre constant au premier semestre », indique notamment le président-fondateur d’El Rancho, Laurent Caraux, par ailleurs président du syndicat patronal SNRTC. « On s’interroge tous sur la poursuite ou non de la descente infernale », ajoute-t-il. Au-delà d’ « une tendance inquiétante », Didier Chenet, le président du syndicat patronal Synhorcat, redoute une saison d’été « difficile » au regard des premiers chiffres disponibles.

Dans l’immédiat, le SNRTC tire déjà « le signal d’alarme » en raison des mesures annoncées dans le cadre du projet de loi de Finances rectificative pour 2012. Selon une étude de l’organisation, l’effet cumulé « va entraîner » une hausse de 2 % des frais de personnel et une diminution d’environ 12 % du résultat d’exploitation des entreprises.


Christophe PALIERSE, Les Echos, le 10/07/2012

Dernières actualités