Les secteurs

Restauration : la Bourse de Milan salue le projet de scission d'Autogrill

10.05.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

La cotation du pôle « duty free » du groupe italien est décidée. L’opération est plébiscitée par les analystes et les investisseurs.

La scission d’ Autogrill est désormais sur les rails et elle plaît aux investisseurs. Annoncé vendredi soir, donc après la clôture de la Bourse de Milan, le projet de mise en Bourse de l’activité « duty free » et vente au détail aux voyageurs du groupe italien, contrôlé par la famille Benetton via son holding Edizione (59,3 % du capital), a été salué dès hier sur la place italienne. Le titre Autogrill a terminé la séance sur un gain de 3,36 %, à 10,32 euros, soit l’un de ses plus hauts niveaux de ces cinq dernières années. La valeur a même atteint 10,69 euros en séance.

Officialisée le 1er février, l’étude de « la faisabilité d’une possible réorganisation » de la firme transalpine et son recentrage sur son activité historique de restauration commerciale - 4,07 milliards d’euros de revenus en 2012, soit 67 % du chiffre d’affaires - a donc été tranchée par le conseil d’administration. La scission d’Autogrill, qui sera soumise à une assemblée des actionnaires le mois prochain - au plus tard le 15 juin - vise à rendre « plus facile » l’accès aux marchés financiers à chacun de ses deux pôles ou à nouer des « alliances industrielles ».

L’opération, qui devrait être effective fin septembre, implique le transfert de la totalité des actions de l’espagnol World Duty Free Group SAU, le navire amiral de l’activité « duty free », à une entité italienne, World Duty Free (WDF). En outre, chaque action Autogrill détenue donne droit à une action WDF.

Attendue de longue date, la scission d’Autogrill est appréciée des analystes, qui y voient un début de rationalisation et une manière de refinancer son endettement de 1,4 milliard d’euros. Selon la plupart d’entre eux, la scission devrait déboucher sur une fusion probable entre WDF et un autre opérateur, ce qui pourrait dégager une valeur de 900 millions d’euros. Mais WDF serait d’abord coté sur un marché réglementé d’un Etat membre de l’Union européenne, à déterminer dans les prochaines semaines. Londres est donné favori, face à Madrid ou Milan, du fait de l’importance de l’activité sur le terminal 5 de Heathrow.

L’opération constitue un virage stratégique pour Autogrill. L’italien était devenu le numéro un mondial des boutiques aéroportuaires en 2008 à la faveur de l’acquisition de World Duty Free Europe - auprès de l’exploitant d’aéroports britannique BAA - et de la prise de contrôle totale de l’espagnol Aldeasa.

Pierre DE GASQUET et Christophe PALIERSE, Les Echos, 07/05/2013

Dernières actualités