Les secteurs

Restauration : Bain Capital investit 2,5 milliards d'euros dans la restauration au Japon

16.10.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Le géant américain de capital-investissement Bain Capital LLC aura laissé passé la catastrophe du 11 mars 2012, puis une mauvaise épidémie de dysentrie bactérienne dans l’une des chaînes de restaurants du groupe, Skylark, avant de finaliser le rachat de cette société gérant plus de 3.600 établissements au Japon, mais également quelques adresses en Corée du Sud, en Thaïlande et à Taiwan. Visiblement rassuré par la bonne tenue des ventes dans les restaurants et notamment dans les enseignes Gusto, dont une cinquantaine de clients avaient été victimes en août dernier de gastro-entérites, le capital-investisseur aurait confirmé son intention de racheter l’entreprise pour 260 milliards de yens, ou 2,5 milliards d’euros. Selon les médias japonais, l’accord, qui s’imposera comme la plus grande acquisition étrangère au Japon depuis la crise de 2008, devrait être rendu public avant la fin du mois.

Bain Capital, qui avait évoqué, dès la fin 2010, un éventuel rachat avec le groupe financier Nomura, l’actuel propriétaire de 79 % de Skylark, pense pouvoir relancer les ventes dans les chaînes de restaurants dits « familiaux », connues dans le pays sous le nom de « famiresu » et apparus au début des années 70 dans les grandes villes de l’Archipel, avec une cuisine efficace et bon marché, à mi-chemin entre les chaînes de fast-foods japonaises et occidentales.


Cafétérias « familiales »

Pionnier sur ce marché, Skylark a développé dans le pays plusieurs chaînes de cafétérias « familiales », proposant, souvent 24 heures sur 24, des cuisines italienne, chinoise ou japonaise et mêmes des pâtisseries françaises dans les échoppes Flo Prestige. Mais la chute de la natalité et la crise économique ont pesé sur les performances de ces chaînes, dont les résultats ne cessent de reculer depuis l’an 2000. Cette année-là, les ventes dans ces « famiresu » étaient, toutes marques confondues, mesurées à 1.700 milliards de yens (16 milliards d’euros) dans le pays.

Pour inverser cette tendance, Bain Capital compte appliquer à Skylark les recettes de marketing et de management qu’il a déjà testées chez Burger King, qu’il avait un temps contrôlé en partenariat notamment avec Goldman Sachs, et dans les boutiques japonaises de la franchise Domino’s Pizza qu’il a rachetées l’an dernier.


Yann ROUSSEAU, Les Echos, 13/10/2011

Dernières actualités