Les secteurs

Rénovation thermique : les pistes pour une réforme

24.11.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Grande priorité, mais pas la seule, du quinquennat de François Hollande, le plan de rénovation thermique des logements fait phosphorer les think tanks. Anticipant d’au moins une semaine l’ouverture du débat national sur la transition énergétique, les experts du cabinet Carbone 4 ont présenté hier le scénario à suivre, selon eux, pour que puisse être tenu l’objectif annuel de 400.000 rénovations par an dans le parc privé ancien.

Urgence des urgences, le futur programme gouvernemental doit d’abord se concentrer sur les 4 millions de logements très mal isolés, voire pas du tout, soit 15 % du parc des résidences principales. Des « passoires thermiques », où les notes de chauffage sont explosives, creusant la situation de précarité de leurs occupants. « C’est là où les économies d’énergie seront les plus importantes et où le maximum de travaux pourra être financé par les gains de facture », selon un expert de Carbone 4.

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) est un bon moyen de cibler les interventions sur ce patrimoine prioritaire. Mais cet outil du Grenelle de l’environnement doit être « amélioré et fiabilisé ». Carbone 4 propose de le rendre plus parlant aux consommateurs en convertissant les valeurs de performance énergétique en niveaux de dépenses exprimés en euro par mètre carré. La détection de ces logements interviendrait au moment de leur vente ou lors de campagnes locales de sensibilisation.

Dépense « raisonnable »

Tout logement accusant un niveau de dépense énergétique supérieur ou égal à 15 euros par mètre carré pourrait alors être soumis à un diagnostic de rénovation énergétique (DRE). Une sorte de contrôle technique orientant les ménages vers les financements ad hoc et les professionnels habilités à réaliser le bouquet de travaux qui fera progresser leur logement d’au moins trois crans dans l’échelle des DRE. Cette montée en gamme ne coûterait pas plus de 200 euros par mètre carré, dépense jugée « raisonnable » par l’équipe de Carbone 4.

Autre condition du succès, le programme du gouvernement ne fonctionnera, selon ses experts, que si les filières du bâtiment parviennent à structurer leur offre. Objectif : répondre à tous les enjeux de la rénovation thermique sur ses différents marchés (maison individuelle, logement collectif, copropriétés...) et faire baisser les prix avec la production en série des équipements, type pompes à chaleur. « Pourquoi ne pas conditionner les aides à la rénovation à des types de produits et à des offres labellisées au plan régional dans le cadre de contrats passés avec les régions », suggère Alain Grandjean, le dirigeant de Carbone 4.

Joël COSSARDEAUX, Les Echos, 21/11/2012

Dernières actualités