Les secteurs

Recyclage : Auchan trouve une voie pour recycler ses déchets plastiques

02.12.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Les plastiques valorisables sont récupérés puis fondus et transformés en granules pour servir à la fabrication de nouveaux sacs de caisse.

Films de palette, emballages de packs d’eau... Même s’il ne les fabrique pas, Auchan est un gros producteur de déchets plastiques. « Pourquoi les jeter s’ils peuvent revenir dans la boucle », s’est interrogée l’enseigne. Après quatre ans de travaux, elle est parvenue à mettre en place l’organisation nécessaire au retraitement des films souples, étirables et rétractables qui atterrissent dans ses entrepôts. Pour l’heure, 12 hypermarchés, 70 Simply Market et 2 plates-formes logistiques du Nord-Pas-de-Calais, de Picardie, de Normandie et d’Ile-de-France sont concernés. Les employés ont été formés aux gestes du tri pour reconnaître et récupérer les plastiques valorisables. Compressés, ballottés, ils sont expédiés vers l’usine du producteur d’emballages TT Plast basée à Lens.

Pour encourager le tri dans une région qui compte de nombreuses industries consommatrices de films souples, sa maison mère, Papier-Mettler, y a réalisé l’an passé un investissement de 10 millions d’euros pour recycler jusqu’à 35.000 tonnes de déchets. Broyés, lavés, séchés, les matériaux triés sont fondus pour être transformés en nouvelles granules de plastique.

Le début d’un cycle

Le cycle ne s’arrête pas là. Avec cette matière première, TT Plast fabrique de nouveaux sacs de caisse composés à 80 % de granules recyclées et 20 % de ses propres chutes de découpe. Dans ses magasins en France, Auchan les propose à ses clients au prix de 4 centimes, pour transporter leurs courses puis les utiliser comme sac poubelle. Une tonne de plastique souple permet ainsi de produire 40.000 nouveaux sacs plastiques en réduisant de 60 % les émissions de CO nécessaires. Au total, l’organisation de ce cycle devrait permettre à l’enseigne d’alléger les décharges de 500 tonnes de plastiques par an. Et ça n’est qu’un début : dès l’implantation décidée de nouvelles unités de recyclage, d’autres filières régionales de transformation fondées sur le même modèle devraient être montées pour étendre à l’Hexagone « une politique de réduction des coûts de gestion de déchets en magasins ».

Le bénéfice n’est pas qu’écologique : à Lens, l’organisation de ce cycle a fourni un emploi à 15 personnes et devrait en pérenniser 20 autres à terme dans les métiers d’agent de maintenance et d’ouvrier qualifié en recyclage.

Paul MOLGA, Les Echos, 28/11/2012

Dernières actualités