Les secteurs

Quick étend la maturité de sa dette pour faire face à un « trou d'air »

27.04.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

L’enseigne a connu une forte baisse de son chiffre d’affaires en 2011, en raison d’un incident dans un de ses restaurants.

Quick en est l’exemple : un simple accident de parcours peut faire basculer l’équilibre financier d’une société sous LBO. La chaîne de restauration rapide, rachetée en 2007 par Qualium Investissement (anciennement Caisse des Dépôts Investissement) a fait l’objet d’une procédure de conciliation en février. Le pool de 27 créanciers a accepté de repousser de quinze mois les échéances de la dette senior nette, qui s’élève à 370 millions d’euros. De son côté, Qualium a remis au pot 30 millions d’euros.

Pourtant, Quick ne fait pas les frais d’un marché défaillant. « La restauration rapide n’est pas un secteur qui souffre de la crise et l’offre de Quick est bien adaptée au contexte actuel, avec un ticket moyen par personne à 5 euros HT », souligne Jean Eichenlaub, président de Qualium. Quick ne subit pas non plus les effets d’un levier excessif puisque la dette nette représente 4 à 5 fois le résultat brut d’exploitation.

Si Quick est aujourd’hui forcé de rééchelonner sa dette, c’est en raison du « trou d’air » provoqué par le décès en 2011 d’un adolescent ayant déjeuné la veille dans un de ses restaurants. Le chiffre d’affaires a ainsi chuté de près de 5 % en 2011 à 980 millions d’euros. Mais il s’est depuis redressé, à 1,032 milliard en 2012. « Nous avons pu en conséquence convaincre les banques d’allonger la maturité de la dette », explique Jean Eichenlaub, qui prédit même « un premier trimestre 2013 historique en terme de chiffre d’affaires ».

Aurélie ABADIE, Les Echos, 25/04/2013

Dernières actualités