Les secteurs

Prêt-à-porter : Uniqlo veut monter en gamme

14.10.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe japonais de prêt-à-porter Uniqlo veut ouvrir 198 nouveaux magasins à l'étranger en un an.

Année record pour Fast Retailing. Dopé par la dépréciation du yen et une forte progression de ses ventes, le propriétaire de la marque Uniqlo a généré sur son dernier exercice fiscal des profits nets en hausse de 26 % sur un an. Au total, ses bénéfices auront atteint, entre septembre 2012 et août 2013, 90,4 milliards de yens (683 millions d'euros) et ses ventes auront dépassé pour la première fois la barre symbolique des 1.000 milliards de yens en atteignant 1.140 milliards de yens.

Pourtant, le groupe, qui rêve de devenir d'ici à 2020 le leader du secteur devant l'américain Gap ou le suédois H & M, n'est pas pleinement satisfait de sa performance. S'il a accéléré au cours des derniers mois son internationalisation en ouvrant 154 nouveaux magasins pour un réseau de 446 boutiques à l'étranger, Uniqlo reste encore très dépendant de ses résultats au Japon (834 enseignes) et souffre de l'effritement de ses marges dans l'Archipel.

Un marché local qui s'effrite

Pour doper son flux de clients, Uniqlo a financé, ces derniers mois dans le pays, de coûteuses campagnes publicitaires et enchaîné les offres promotionnelles. Du coup, le panier moyen de ses clients a reculé de 5,5 %. « Nous allons changer notre stratégie marketing pour nous concentrer sur les matériaux de qualité et les habits à haute valeur ajoutée plutôt que sur le prix », a prévenu hier le PDG, Tadashi Yanai. Conscient des difficultés d'un marché japonais qui s'effrite inéluctablement, Uniqlo compte accélérer dans les prochains mois son développement à l'étranger, notamment en Asie, où Tadashi Yanai prédit une « ruée vers l'or » alimentée par « une explosion de la consommation ». Multipliant les ouvertures à Taiwan, en Chine ou encore en Asie du Sud-Est, Uniqlo espère disposer, à l'été 2014, de 644 magasins à l'étranger et de 844 boutiques au Japon. Sur l'année fiscale en cours, il prévoit une hausse de ses bénéfices limitée à 2 %.

Yann ROUSSEAU, Les Echos, 11/10/2013

Dernières actualités