Les secteurs

Prêt-à-porter : Uniqlo va ouvrir un deuxième magasin à Paris

06.06.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Malgré le tsunami, le groupe japonais n'a pas ralenti son développement international. Le succès de son point de vente parisien, un an et demi après son ouverture, le conforte dans cette ambition. Il a en projet un nouveau grand magasin à la Défense.


La catastrophe qui a ébranlé le Japon n'a pas remis en cause les objectifs de développement international de Fast Retailing, propriétaire d'Uniqlo. Si le géant de l'habillement japonais a dû fermer 160 boutiques dans le nord de l'Archipel après le tsunami, ils ont tous été rouverts depuis. Et après un recul de 10,5 % de ses ventes en mars dans le pays, qui pèse les trois quarts du chiffre d'affaires, l'activité est repartie de 8,8 % en avril et de 3 % en mai, a-t-il annoncé jeudi.


Fast Retailing table pour l'exercice en cours, clos fin août, sur un bénéfice net de 60 milliards de yens (515 millions d'euros), soit une baisse limitée à 2,7 % sur un an. Le chiffre d'affaires progresserait, lui, de 2,6 %, à 836 milliards de yens (7,2 milliards d'euros).


« Ce drame a en quelque sorte conforté notre projet de développement à l'étranger , d'autant que nous avons désormais la conviction que ce modèle est exportable, et que nous avons en main tous les atouts pour globaliser la marque », relève Charlotte Bouvier, la directrice du marketing en France.


Les résultats du vaisseau amiral d'Uniqlo en Europe, ouvert à Paris il y a un an et demi, en témoignent. Ses objectifs ambitieux en termes de chiffre d'affaires ont été atteints, selon le groupe. « Il a été profitable dès la première année, malgré les lourds investissements, ce qui nous a surpris », note Charlotte Bouvier. Paris se classe parmi les cinq premiers de la marque en termes de ventes dans le monde.


2 000 m² à la Défense

Du coup, le japonais va ouvrir un nouveau grand point de vente à la Défense (2 000 mètres carrés), à la place du petit magasin qui lui avait permis de tester le marché français en 2007. L'enseigne, qui va presque multiplier par 10 la surface de cette boutique, prévoit une ouverture mi-2012. Son objectif : faire aussi bien qu'à l'Opéra.


En termes de fréquentation, l'implantation de ce magasin au coeur de Paris lui permet d'accueillir des touristes étrangers, par exemple les Espagnols et les Italiens qui n'ont pas de points de vente Uniqlo chez eux, comme des provinciaux et des Parisiens. Caractéristique de l'enseigne, la clientèle s'équilibre entre hommes et femmes.


« Notre succès n'est pas retombé comme un soufflé, car notre offre reste très différente de la concurrence », note la responsable. Ses vêtements restent centrés sur des basiques, et pas sur la mode, avec un bon rapport qualité-prix. Cette saison, Uniqlo a mis en avant le « chino », un pantalon en toile proposé à partir de 19,90 euros. En France, sa gamme Heattech, des tee-shirts qui protègent du froid, fait partie des grands succès. « Cette ligne existe depuis sept ans, et chaque année nous apportons un plus », note Charlotte Bouvier.


Les collections sont dessinées au niveau mondial, avec une offre identique à Paris, New York ou Tokyo. Seule marge de manoeuvre, demander des couleurs différentes. Y a-t-il eu des couacs, avec des invendus importants pour certains modèles ? « Non, assure la directrice du marketing. Même nos sous-vêtements gainants sans couture se sont vendus comme des petits pains, alors que je craignais un flop dans le pays de la lingerie. »


Uniqlo souhaite ouvrir de 5 à 10 nouveaux magasins d'ici à cinq ans dans la capitale. Dans le monde, les projets se sont multipliés : après Taiwan, la Malaisie et la Thaïlande, le japonais va inaugurer deux grands points de vente à New York à la rentrée. Une conquête menée tambour battant avec l'objectif, selon le président et fondateur de Fast Retailing, Tadashi Yanai, d'être le leader mondial du secteur en 2020, avec un chiffre d'affaires de 50 milliards de dollars.


DOMINIQUE CHAPUIS, Les Echos, le 06.06.2011

Dernières actualités