Les secteurs

Prêt-à-porter : Puma pénalisé par la crise en Europe

20.07.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

L’équipementier sportif allemand a été sanctionné en Bourse après avoir publié un avertissement sur résultats. Il va accentuer son plan d’économies.

L’action Puma a été sévèrement chahutée hier à Francfort, perdant jusqu’à 7,3 % en séance, et entraînant Adidas dans son sillage. La raison d’une telle chute ? La publication par le groupe allemand d’équipements sportifs, filiale de PPR, d’un sévère avertissement sur résultats qui trouve ses origines dans la détérioration de l’économie européenne.

Malgré une croissance « continue » des ventes globales durant la première moitié de l’année, de 8,8 % en euros constants, le numéro deux mondial du secteur n’a pas réussi à compenser l’atonie de la demande sur le Vieux Continent, a-t-il déclaré. L’Euro de foot et les JO n’y ont rien changé.

Conséquence, le résultat d’exploitation et le bénéfice net du premier semestre seront en retrait de 11 % et 13 % respectivement sur un an. Du coup, la direction va accentuer son plan d’économies, ce qui va l’amener à passer une charge de 100 millions d’euros. Quant à la croissance, elle se situera cette année autour de 5 %, et non plus du double, et le bénéfice net de l’exercice sera très nettement inférieur aux 230 millions de 2011. Pour les détails, il faudra attendre le 26 juillet , et la publication des résultats du premier semestre.


Ventes inférieures aux attentes

Selon Bloomberg, la marque allemande va fermer des magasins et pourrait supprimer des emplois. Les profits ont été affectés par des ventes inférieures aux attentes en France, en Italie, et au Royaume-Uni, trois de ses marchés les plus rentables, a indiqué Jean-François Palus, le directeur général adjoint de PPR, cité par l’agence. A l’inverse, les ventes en Allemagne ont été soutenues, de même qu’en Chine, où elles ont augmenté d’au moins 10 % durant le deuxième trimestre. L’objectif de réaliser 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2015 n’est pas remis en cause, a-t-il assuré.


« Les prévisions de Puma pour cette année reposaient sur l’espoir, et maintenant, cet espoir s’est envolé. Nous savions qu’ils courraient derrière Adidas, mais nous ne savions pas que c’était à ce point », a réagi un analyste de M.M. Warburg à Hambourg, cité par Bloomberg. Puma n’est pas tout seul à souffrir de la situation en Europe, puisque Nike a récemment reconnu un ralentissement de ses ventes sur le continent.


Alain RUELLO, Les Echos, le 19/07/2012

Dernières actualités