Les secteurs

Prêt-à-porter : Marc Lelandais, créateur de valeur chez Vivarte

01.12.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

On peut avoir la passion des vieilles pierres et avoir d’autres ambitions pour son entreprise que de gérer un patrimoine.

Arrivé il y a cinq mois à la présidence de Vivarte pour prendre la succession de Georges Plassat, parti chez Carrefour, Marc Lelandais est déterminé à réveiller « la belle endormie » qu’est, à ses yeux, le groupe spécialisé dans l’équipement de la personne.

Un pacte « d’hommes »

Celui qui a quitté Lancel pour « divergence stratégique », après, pourtant, « avoir tenu la promesse de la montée en gamme et du retour à la profitabilité » du maroquinier, s’est juré, depuis, « de ne plus travailler qu’avec des gens qui ont la main sur le chéquier ». Et c’est le cas de Lionel Giacomotto, patron de Charterhouse, le principal actionnaire de Vivarte, avec lequel il a conclu un pacte d’ « hommes », jusqu’en 2018 au moins.

A quarante-six ans, Marc Lelandais entend faire « prendre un virage » au conglomérat qui d’André à Caroll en passant par Kookai et La Halle aux vêtements regroupe une vingtaine d’enseignes.

Au programme : la création de valeur par un nouveau souffle donné à la créativité et un marketing plus pointu. Au passage, un toilettage du portefeuille de marques n’est pas exclu, certaines ayant, selon lui, plus le statut de « labels » que de véritables marques-enseignes. Une revue stratégique qui implique aussi une redistribution interne des 4.500 points de vente du groupe avec pour seule logique : le client. « Le reste, les considérations sur les mérites respectifs de la périphérie, des centres commerciaux et du centre-ville, c’est juste un confort d’analyse », affirme le nouveau patron.

Multidiplômé

Amoureux des châteaux de la haute Renaissance (à savoir « précisément entre 1480 et 1515 ») du val de Loire, redémarrant un chantier de rénovation au long cours à Amboise après en avoir achevé un à Chaumont-sur-Loire, ce multidiplômé -- il est titulaire d’un DEA de sciences politiques, d’un DESS de marketing, d’un master de l’Essec et d’un MBA de l’Institut supérieur du marketing du luxe -- a aussi été à l’école de son père, commerçant, qui avait développé une petite chaîne de prêt-à-porter dans sa Mayenne natale. Un enseignement dont il a retenu une leçon : la primauté du service.

Autant d’orientations stratégiques tournées vers le client que Marc Lelandais a exposées, hier, lors d’une convention des cadres de Vivarte, organisée à Paris.

Philippe BERTRAND, Les Echos, 28/11/2012

Dernières actualités