Les secteurs

Prêt-à-porter : les professionnels de l'habillement n'espèrent pas rattraper les méventes de 2011

12.01.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Les vendeurs de vêtements, les premiers concernés par les soldes, se demandent si les Français ont attendu les soldes pour dépenser ou s’ils ne veulent pas dépenser en raison de la crise...

Traditionnellement, les achats en soldes se portent d’abord sur l’habillement. Pour autant, les professionnels du secteur ne s’attendent pas à des ventes miracles susceptibles de rattraper la baisse du marché enregistré au second semestre 2011. Une baisse que n’a pas enrayée le rebond enregistré à l’occasion des achats de Noël. Selon les projections de l’Institut français de la mode (IFM), la consommation de textile et de vêtements a reculé de l’ordre de 2 % en 2011. Ce qui marque la quatrième année de baisse. Pour Jean-Marc Génis, le président exécutif de la Fédération des enseignes de l’habillement, le recul devrait même être de 3 %. « C’est une année à oublier. Il y a eu une dégringolade des achats depuis cet été », explique-t-il. Et, pour lui, il est probable que les soldes qui commencent aujourd’hui pour s’achever le 14 février n’inverseront pas cette tendance. « La vraie question que nous nous posons, c’est de savoir si les Français ont ou non l’envie de consommer. Si les consommateurs se sont retenus fin 2011 pour profiter des soldes ou bien s’ils se disent que, compte tenu des grises perspectives économiques, ils n’ontpas d’argent à dépenser. »

Selon une enquête réalisée, par l’Ifop pour Spartoo.com,site de vente de chaussures, « cette année, avec la crise, près de 70 % des Français ont reporté certains de leurs achats pour les faire pendant les soldes, soit 30 % de plus que d’habitude ». Mais, de son côté, l’institut BVA indique que 36 % des consommateurs estiment que les soldes « ne servent plus à rien ». Et les deux sociétés d’études s’accordent pour dire que le budget consacré aux soldes (229 euros en moyenne pour l’Ifop, 221 pour BVA) stagne ou baisse.


Stocks peu importants

Selon une enquête Ipsos pour le Conseil national des centres commerciaux, une majorité de Français (55 % ) compte profiter des soldes dès les tout premiers jours. 18 % déclarent vouloir faire l’ouverture le mercredi 11, entre 17 % et 20 % s’y rendront le premier week-end.


Une chose est sûre, avec la douceur de la météo depuis septembre, les grosses pièces comme les manteaux ne manqueront pas. Pour autant, explique Jean-Marc Génis, « les stocks ne sont pas particulièrement importants. Les enseignes travaillent en flux tendu et elles ont commencé à limiter les commandes depuis juillet ». Par conséquent, les rabais proposés sur les vitrines, ne devraient pas, malgré les méventes de fin 2011, être plus importants que d’habitude, aux alentours de 40 %.


Philippe BERTRAND, Les Echos, 11/01/2012

Dernières actualités