Les secteurs

Prêt-à-porter : le numéro deux de Vivarte succède à Georges Plassat

06.02.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Vivarte a désigné hier son numéro deux, Antoine Metzger, pour succéder à Georges Plassat, parti pour tenter de redresser Carrefour. La date du conseil d’administration chargé d’entériner cette succession en douceur n’a pas encore été fixée, a indiqué le distributeur aux 24 enseignes parmi lesquelles André, Kookaï ou encore La Halle aux Chaussures. Ce devrait être une formalité car le nouvel homme fort du groupe s’est clairement inscrit dans les pas de son patron.

Agé de cinquante-huit ans, diplômé de HEC, Antoine Metzger a fait ses premières armes chez Bossard Consultants (1978-1981), avant de rejoindre Rank Xerox (1981-1985), PPR (1985-2000), puis le groupe André, devenu Vivarte par la suite. Fort de 22.000 collaborateurs, de 4.000 magasins et de 3,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires, le groupe revendique un modèle économique qui assure l’équilibre entre activités d’habillement et de chaussures, et entre périphérie et centre-ville.


« Poursuite de la stratégie »

Autre point notable : une organisation décentralisée qui donne toute autonomie à ses marques, quitte à faire jouer la concurrence entre certaines d’entre elles. Le portefeuille s’est enrichi ces quatre dernières années avec la reprise de Naf Naf, Chevignon, Beryl et Defi Mode.

Antoine Metzger a déclaré hier son intention d’assurer « la poursuite de la stratégie ». La composition de l’actionnariat ne changera pas non plus. La précision est importante car Georges Plassat possède environ 10 % du capital, une participation acquise dans la foulée d’une opération à effet de levier (LBO). En 2007, PAI Partners avait vendu ce groupe 3,5 milliards d’euros. Cette transaction a abouti à la prise de contrôle de Vivarte par le fonds britannique Charterhouse, qui en possède les deux tiers, aux côtés d’autres fonds, Chequers et Sagard. Le distributeur aurait fait l’objet de marques d’intérêt début 2011, sans suite.

Alain Ruello, Les Echos, 31/01/2012

Dernières actualités