Les secteurs

Prêt-à-porter : Cotélac étoffe son capital

06.07.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

L'entreprise vient de procéder à une recomposition de son capital. Affichant une croissance de 10 % de ses ventes en 2010, à 28,6 millions d'euros, elle continue de déployer son réseau de 90 boutiques.


Plan de marche ambitieux pour la griffe de prêt-à-porter Cotélac avec à la clef la poursuite du déploiement de son réseau et une campagne de communication. « C'est une marque créateur, avec une vraie identité et ses aficionados », met en avant Pierre Pernod, PDG. La styliste maison, son épouse Raphaëlle Cavalli, s'appuie sur une équipe de création de 7 personnes et un bureau d'études de 10 salariés. Vêtements et accessoires (y compris chaussures, sacs) sont conçus en interne. De plus, l'entreprise apprête elle-même ses tissus en utilisant les techniques du savoir-faire des soyeux lyonnais. C'est le travail des 15 personnes de l'atelier d'Ambérieu-en-Bugey (Ain), où, il y a quelques mois, la société a transféré dans 5 000 mètres carrés son siège, sa logistique et 65 de ses 220 collaborateurs. La confection proprement dite est confiée à des sous-traitants en Turquie, Tunisie et pays d'Europe orientale. En aval, le groupe, né en 1993 et ayant réalisé 28,6 millions d'euros de ventes 2010 (+ 10 % ), dispose d'un réseau de 90 magasins (65 en propre) dont 20 hors de France.


Développement international

Tout en poursuivant le maillage hexagonal, il continue d'avancer ses pions aux Etats-Unis - un quatrième point de ventes ouvrira en septembre à San Francisco après New York, Chicago et Washington - et s'implantera à Londres au printemps prochain. Présent au Japon (9 boutiques dont 8 en franchise), à Taiwan (7 magasins), en Chine (3), il est à la recherche d'un partenaire en Corée. Outre Cotélac, l'enseigne principale et historique, la PME a créé en 2002 Acôté ciblant une clientèle plus jeune avec une offre de plus petites pièces à plus petits prix. Elle a commencé à habiller les hommes il y a trois ans et souhaite leur consacrer des boutiques dédiées : la première pourrait voir le jour en 2012 à Lyon ou à Paris.


Pour mener à bien tous leurs projets, les dirigeants, qui gardent la majorité avec 67 % des titres, peuvent compter sur l'augmentation de capital et la dette « modérée » contractée dans le cadre d'un LBO ( « leverage buy-out »). L'opération avait aussi pour objet d'assurer la sortie d'Aquasourça, capital investisseur privé lyonnais qui accompagne Cotélac depuis plus de dix ans. Cette recomposition a été orchestrée par le lyonnais Siparex, qui, par l'intermédiaire du fonds Micap1, a misé « les deux tiers d'un ticket de 11,5 millions d'euros », précise Bertrand Robert, directeur associé. Le solde a été injecté par BNP Paribas Développement, SG Capital et Crédit Agricole Régions Investissement arrivé en 2005 dans l'entreprise.


MARIE-ANNICK DEPAGNEUX, Les Echos, le 05.07.2011

Dernières actualités