Les secteurs

Pomme de Pain est finalement repris par l'industriel Alfred Neuhauser

23.11.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Le producteur de viennoiserie industriellle Pomme de Pain s’installe sur le marché français de la restauration.

Pomme de Pain change, comme attendu, de propriétaire mais le repreneur n’est pas celui qui s’esquissait encore au début de l’automne : son propriétaire, le fonds d’investissement Acto Capital, l’une des entités de Groupama Private Equity - société par ailleurs mise en vente par Groupama -, a en effet conclu hier la cession de la chaîne de boulangeries-sandwicheries au holding Neuhauser Financière de l’industriel Alfred Neuhauser (soixante-sept ans), qui contrôle le groupe de boulangerie-patisserie-viennoiserie éponyme, basé à Folschviller (Moselle).

Une belle porte d’entrée

En se déclarant tardivement mais en se montrant mieux-disante, Neuhauser Financière a donc coiffé sur le poteau Groupe Le Duff (Brioche Dorée, boulangerie-pâtisserie industrielle avec Bridor...), qui tenait encore la corde il y a peu.

Pomme de Pain constitue, il est vrai, une belle porte d’entrée sur le marché français de la restauration rapide de type boulangerie-sandwicherie pour Neuhauser Financière, un domaine dans lequel la holding opère en Allemagne via la chaîne Le Crobag, acquise en 1998. Celle-ci réunit 125 unités et a réalisé 70 millions d’euros de ventes en 2011. De son côté, Pomme de Pain, détenu par Acto depuis 2004 - et alors racheté à Elior -, compte 117 établissements - dont 70 en propre - et réalisera cette année un excédent brut d’exploitation de 4 millions pour 43 millions de chiffre d’affaires.

Sa reprise apparaît d’autant plus intéressante pour Alfred Neuhauser que l’industriel contrôle l’un des tout premiers groupes français de boulangerie-viennoiserie-pâtisserie industrielle, créé par sa famille au début du XX e siècle.

Neuhauser possède 18 usines en France, et une autre au Portugal, et a réalisé près de 430 millions d’euros de chiffre d’affaire l’an dernier. En substance, le profil du groupe familial apparaît de plus en plus similaire à celui de ses concurrents Le Duff et Holder (Paul, Ladurée...).

Christophe PALIERSE, Les Echos, 21/11/2012

Dernières actualités