Les secteurs

Plus d'un Français sur trois prévoit de dépenser moins en cette fin d'année

31.10.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Selon le premier « Baromètre des projets des Français », réalisé par Viavoice pour BPCE, « Les Echos » et « France Info », la crainte, pour près de 50 % des Français, de voir diminuer leur pouvoir d'achat incite les consommateurs à la prudence.

Le rebond observé au mois de septembre de la consommation de produits manufacturés - environ un quart de la consommation totale -, révélé mercredi par l'Insee (« les Echos» du 28 octobre), pourrait bien n'être qu'un feu de paille.

Déjà, pour le mois d'octobre, l'enquête de l'institut Markit sur le commerce de détail (y compris le secteur automobiles et carburants), rendue publique hier, laisse apparaître le plus fort repli des ventes depuis neuf mois. Et l'impact des grèves et manifestations contre la réforme des retraites, qu'anticipait Michel-Edouard Leclerc, le patron des centres portant son nom, dans une récente interview aux « Echos » (25 octobre), ne suffit sans doute pas à expliquer, seul, ce coup de frein.

Pessimisme

De fait, le premier Baromètre des projets des Français, issu d'un sondage réalisé par Viavoice les 21 et 22 octobre pour BPCE, « Les Echos » et France Info, livre une tonalité très sombre de la vision qu'ont les Français de leur avenir économique, et donc logiquement de leur appétence à consommer. C'est bien, en effet, le pessimisme qui prévaut, puisque près d'un Français sur deux (47 % précisément) estime qu' « au cours des trois prochains mois » leur pouvoir d'achat va « diminuer », quand 37 % le voient « rester stable » et 11 % seulement qu'il va « augmenter ».


Moins d'épargne

Habités par cette crainte d'une dégradation de leur situation financière, les Français anticipent forcément avec une certaine prudence leur consommation future. Ainsi, plus d'un Français sur trois (36 % ) envisage de « dépenser moins d'argent que ces derniers mois » pour l'achat de produits de consommation courante (alimentation, habillement…). Seuls 10 % des Français pensent qu'ils dépenseront davantage.

Et ces anticipations prudentes en matière de consommation ne sont pas compensées par des anticipations plus positives en matière d'épargne. Un peu moins d'un Français sur trois (30 % ) estime en effet qu'il mettra « moins » d'argent de côté dans les mois à venir.

Ce tableau, très sombre, masque de fortes disparités selon les classes d'âge. C'est chez les plus de 65 ans que le pessimisme est le plus fort quant à l'évolution du pouvoir d'achat.

Antoine BOUDET, Les Echos, 29/10/10

Dernières actualités