Les secteurs

Picard Surgelés repris par Lion Capital pour plus de 1,5 milliard

30.07.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Egalement propriétaire de Findus, Lion Capital ne compte pas dégager de synergies entre les deux groupes opérant dans le surgelé. Les fondateurs de Picard, la famille Decelle, sortent du capital.

Picard quitte cette fois définitivement les mains de ses fondateurs, la famille Decelle, qui avait racheté l'entreprise et ses 5 camionnettes de livraison en 1973 à Fernand Picard. Dans la nuit de dimanche à lundi, BC Partners, son actionnaire à 71 %  depuis 2004, a fini par signer l'offre de 1,515 milliard d'euros du fonds Lion Capital ( « Les Echos » du 26 juillet). Le processus d'information et de consultation des représentants du personnel va débuter d'ici à la fin de la semaine. C'est la troisième fois que le groupe change de main en moins de dix ans.

Lion Capital avait déposé une offre préemptive ce week-end pour devancer les deux autres finalistes, CVC et Bain, qui avaient formulé des propositions d'un peu plus de 1,3 milliard et moins fermes à l'issue du premier tour du 13 juillet. Pour autant, BC Partners, acquéreur de l'entreprise à 1,3 milliard, en a négocié les termes jusqu'à deux heures du matin lundi !

L'intérêt du repreneur était vif. Lion Capital venait, mi-juillet, d'être écarté du rachat de Findus en Italie, dont il possède déjà le reste de ce groupe en Angleterre, dans les pays nordiques et en France. Mais ses vues sur Picard, qui génère plus de 1,1 milliard d'euros de chiffre d'affaires pour 158 millions d'euros d'excédent brut d'exploitation, ne traduisent pas sa volonté de créer des rapprochements entre les deux groupes de surgelés. « Il n'y pas de synergies ou d'appui au développement prévu entre Findus et Picard. Ils se situent à différents niveaux de la chaîne. Picard externalise sa production et contrôle la distribution de produits à sa propre marque alors que Findus fabrique des produits surgelés vendus au sein de la grande distribution », indique Lyndon Lea, associé du fonds d'investissement.


Le management est conservé

Plus que le développement hors des frontières, Lion Capital va continuer de mettre l'accent sur l'Hexagone. « Nous allons poursuivre la stratégie en place et nous focaliser sur le développement potentiel restant de Picard en France. Nous restons prudents sur l'international pour le moment et prendrons des décisions au cas par cas. » Depuis l'entrée de BC Partners, 200 magasins ont été ouverts, avec plus de 1.000 personnes engagées. De plus de 820 magasins, le parc pourrait atteindre 1.100 dans les grandes villes et moyennes agglomérations. A l'étranger, Picard compte une trentaine de points de vente dans le nord de l'Italie. Lion Capital compte conserver le management installé en 2008, après l'éviction du représentant de la famille, avec Philippe Pauze comme PDG.

Lion Capital n'a pas fait usage de la facilité de financement de 900 millions d'euros arrangée par Calyon et Société Générale proposée par BC Partners. Il a fait appel à Credit Suisse, Morgan Stanley et Citigroup. Picard change en tout cas de mains avec une structure assainie. Sa dette LBO a été remboursée et ses financements ont été ramenés à moins de 3,5 fois son excédent brut d'exploitation.

Picard en chiffres
Le groupe de surgelés compte plus de 820 magasins en France, un site Internet marchand, et une trentaine de points de vente dans le nord de l'Italie. Le distributeur estime détenir 20 % du marché des glaces et surgelés dans l'Hexagone -soit un gain de 6,8 points entre 2002 et 2008. Le groupe emploie plus de 3.300 salariés et a réalisé un chiffre d'affaires de plus de 1,1 milliards d'euros sur son dernier exercice.


ANNE DRIF, Les Echos, le 27.07.10

Dernières actualités