Les secteurs

Paris sera la première place hôtelière européenne en 2013

16.01.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Les hôtels de la capitale devraient afficher les meilleures performances selon PwC.

Les hôteliers parisiens devraient être rassurés à la lecture de la dernière étude prospective de PricewaterhouseCoopers (PwC) sur l’hôtellerie européenne. Selon le cabinet pluridisciplinaire, qui a passé en revue 19 des principales agglomérations du Vieux Continent (Russie comprise), Paris serait la place enregistrant les meilleures performances opérationnelles en 2013.

Publiée hier, l’étude de PwC indique ainsi que Paris pourrait compter sur le taux d’occupation (TO) le plus élevé en moyenne, à 79,1 % , en progression de 0,4 %. La Ville lumière serait également la première d’Europe sur le critère de la recette unitaire par chambre disponible, ou RevPAR dans le jargon des hôteliers, indicateur clef de rentabilité : tant du point de vue de son évolution en monnaie locale, soit une hausse de 5 %, qu’en valeur absolue, à 211 euros, par rapport à celui des autres villes dans la monnaie européenne.

Rebond d’activité en Russie

Saint-Pétersbourg et Edimbourg complètent le trio de tête européen pour la croissance de leur RevPAR en monnaies locales, à 4,8 % et 4 % respectivement. En euros, les effets de change placent Saint-Pétersbourg et Moscou sur les deux premières marches du podium, reléguant Paris sur la troisième.

Cette vitalité s’explique à la fois par le pouvoir d’attraction de Paris, première destination touristique mondiale, et par sa position très en vue sur le marché des foires et Salons. Elle tient aussi aux spécificités de l’immobilier hôtelier parisien. « Il est très difficile d’ouvrir des chambres d’hôtel à Paris, d’autant que le mètre carré est rare et cher dans les lieux privilégiés. Quand bien même l’investisseur en a les moyens, les opportunités font défaut », relève Olivier Vialle, un associé de PwC spécialiste de l’hôtellerie. « En outre, le développement du parc a surtout porté sur le haut de gamme voire le luxe », ajoute-t-il. Un marché qui s’avère jusqu’ici très porteur.

Effet post-JO à Londres

Quant aux performances de Saint-Pétersbourg et Moscou, Olivier Vialle les relativise. Il rappelle que 2009 avait été une année « assez dure » pour la Russie, d’où « un rebond mécanique » qui continue de se manifester.

L’étude de PwC illustre, par ailleurs, la bonne santé de l’Allemagne au vu des prévisions de croissance pour Francfort et Berlin. Elle met aussi en évidence la solidité de Barcelone (+ 2,7 % en taux d’occupation, et + 1,4 % en RevPAR), à l’activité diversifiée, quand Madrid, avant-dernière du classement européen, continue de décrocher (- 0,2 %, et - 5,8 % ). Enfin, Londres, relégué au dernier rang, fait les frais d’un effet post-JO, tout en restant à des niveaux particulièrement élevés.

Christophe PALIERSE, Les Echos, 15/01/2013

Dernières actualités