Les secteurs

Océania Hotels va révolutionner la tarification des chambres

14.07.2014, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe brestois lève 80 millions pour développer Nomad. Ce concept permettra de faire varier les prix en fonction de la date de réservation.
 

Océania Hotels affiche ses ambitions : doubler son réseau dans les cinq prochaines années et mettre sur les rails son tout nouveau concept Nomad Hotel. Des projets financièrement lourds, pour lesquels l’hôtelier brestois, contrôlé par la famille Branellec qui reste majoritaire, vient de lever 80 millions d’euros. Pour la partie fonds propres, renforcés à hauteur de 33 millions d’euros, Océania Hotels fait appel au groupe BPCE, chef de file complété par Ouest Croissance, Bretagne Investissements, BNP Paribas Développement, Unexo, Arkéa Capital Investissement et bpifrance. Pour la dette senior (d’un montant de 47 millions d’euros), le groupe a sollicité ses banques du quotidien, parmi lesquelles BNP Paribas, le Crédit Agricole et Arkéa Banque.

Au premier rang des projets liés à cette levée de fonds se trouve Nomad Hotels, la toute nouvelle enseigne du groupe. Son premier établissement va ouvrir en septembre prochain à Roissy-Charles-de-Gaulle (95), près du terminal 2G. Disposant de 205 chambres en catégorie 3 étoiles, cet hôtel sera « en rupture totale avec l’hôtellerie classique, notre concept est innovant », indique Gurvan Branellec, le dirigeant du groupe qui travaille sur ce dossier depuis de longs mois. Il a inventé le « low cost à l’envers ». Le client qui se présente se voit proposer un prix maximum pour sa chambre. Puis, en fonction de ses choix, sa facture peut diminuer mais jamais augmenter. Chez Nomad, les prix varieront en fonction de la date de réservation de la chambre, de l’utilisation des serviettes, de la fréquence du ménage… De plus, chaque client pourra choisir la disposition du lit, des lampes, afin de composer l’aménagement de sa chambre de 16,5 m2 à sa guise. Il aura également en libre-service le nec plus ultra en matière d’équipements multimédias. Un second Nomad est d’ores et déjà prévu, au Havre, en 2015. Toujours à Roissy, le groupe breton ouvrira, également en septembre, un Océania de 150 chambres classé en 4 étoiles.

Soucieux de rester dans la catégorie moyen-haut de gamme, Océania Hotels rénove tous ses établissements. Les deux prochains sur la liste sont ceux de Dijon (21) et de Montpellier (34), pour une enveloppe globale de l’ordre de 10 millions d’euros.

Créé par François Branellec, père de l’actuel dirigeant, le groupe Océania - qui est également à l’origine de la chaîne hôtelière économique B&B, désormais propriété du fonds financier nord-américain Carlyle - est aujourd’hui composé de plus de 2 200 chambres, réparties entre 25 établissements.

Modification de stratégie

 

Pour arriver à un total de 4 000 d’ici à 2020, l’hôtelier, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 52 millions d’euros en 2013, en hausse de 0,8 %, pourrait avoir à modifier sa stratégie initiale. Il est actuellement le propriétaire de 75 % du patrimoine immobilier qu’il exploite. Les « futurs projets neufs seront vraisemblablement supportés par le biais de foncières, nous n’avons pas besoin d’être propriétaire de tous les murs », confie Gurvan Branellec. Composé de 550 salariés, Océania a ouvert il y a quelques années son navire amiral porte de Versailles, à Paris (75). Il est également installé à Nantes, Marseille (13), Saint-Malo (35), La Baule (44), Quimper (29), Biarritz (64) ou Clermont-Ferrand (63).

Tous les hôtels appartiennent au groupe, aucun n’est exploité en franchise.

Stanislas DU GUERNY, Les Echos, le 09/07/2014.

Correspondant à Rennes
 

Dernières actualités