Les secteurs

Monoprix : Philippe Houzé répond à Casino sur la hausse des prix

27.04.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

« Le positionnement tarifaire de Monoprix est [...] tout à fait positif pour cette enseigne, qui offre des prix inférieurs à ceux des enseignes moins haut de gamme comme Casino et Franprix. » La réponse de Philippe Houzé, le président des Galeries Lafayette et de Monoprix, à Jean-Charles Naouri, celui de Casino, son associé dans Monoprix, n’a pas tardé. Dans un courrier du 17 avril, un conseiller de Jean-Charles Naouri accusait Philippe Houzé d’avoir monté les prix alimentaires chez Monoprix de façon à gonfler le chiffre d’affaires et la marge de l’enseigne. L’objectif présumé : augmenter artificiellement la valorisation de la chaîne dont les Galeries détiennent 50 %, une part qu’elles souhaiteraient vendre à Casino.


Un ton exécrable

Dans sa réponse datée du 23 avril dont « Les Echos » ont pu avoir connaissance, Philippe Houzé explique que cette hausse a été demandée par Casino en juillet 2011 et que, malgré elle, Monoprix a conservé sa part de marché (2,2 % en février selon Kantar). Le président des Galeries affirme en outre que « les prix de Monoprix sont aujourd’hui inférieurs de 4 % à ceux de Supermarché Casino et de Franprix », enseignes du groupe Casino. L’argumentaire est simple : pourquoi notre associé nous reprocherait des hausses de prix qu’il a lui-même pratiquées dans ses magasins, alors même que Monoprix reste moins cher que ces concurrents ? Au-delà de cette bataille de chiffres, le courrier donne le ton exécrable des relations entre les associés : la première lettre de Casino est considérée par Philippe Houzé comme « lourdement attentatoire aux intérêts de Monoprix et diffamatoire ». Il est question d’ « honnêteté intellectuelle qui s’efface devant la volonté de tromper ».


Chez Casino, on regrette que des débats « qui auraient dû rester confidentiels » aient été rendu publics. On estime en retour que les décisions prises par Philippe Houzé en matière de politique tarifaire sont « très préjudiciables » à l’avenir de l’enseigne à moyen et long terme. « Casino n’a pas l’intention de multiplier les contentieux mais a le souci permanent de ramener Monoprix à une gestion normale, indépendante des considérations patrimoniales de M. Houzé, lequel s’est maintenu aux fonctions de président en violation flagrante des accords avec Casino, dans le but avoué d’influer sur la politique à court terme de l’entreprise », indique-t-on au siège du groupe, où l’on nie par ailleurs la hausse des prix chez Casino et chez Franprix. Dans cette dernière enseigne en région parisienne, précise-t-on, l’indice des prix pour les marques nationales (sur une base 100) « est passé de 106 en mars 2011 à 101,8 en mars 2012 ».


Philippe BERTRAND, Les Echos, le 25/04/2012

Dernières actualités