Les secteurs

Moins de crédits pour les entreprises en janvier

05.03.2010, Information communiquée par l'enseigne

imprimer

La nouvelle ne devrait pas satisfaire les politiques. En janvier, le montant des nouveaux crédits accordés aux entreprises en France a diminué par rapport à décembre. Alors que, selon les chiffres publiés hier par la Banque de France, ces derniers avaient enregistré une légère progression entre novembre et décembre, la tendance haussière n'a pas tenu. De 232 milliards d'euros en décembre 2009, les nouveaux crédits aux entreprises cumulés sur douze mois se sont établis à 228,7 milliards en janvier 2010. En cause, comme toujours, les prêts de trésorerie court terme, qui sont passés de 157 à 153 milliards d'euros.


Ces statistiques viennent appuyer les remontrances exprimées fin janvier par les services de la médiation du crédit dirigés par Gérard Rameix. Ils estimaient alors que « les entrepreneurs sembl[ai] ent rencontrer des difficultés pour le renouvellement de leurs lignes court terme », les banques étant en attente de la publication des comptes 2009. Et de juger que ces dernières font preuve d'« une prudence parfois excessive, notamment en termes de garanties exigées, qui pénalise souvent les plus petits dossiers ». De quoi animer les discussions sur le sujet prévues vendredi à l'Elysée avec les banques françaises.


A l'inverse, côté particuliers, la tendance au redressement se confirme. En janvier 2010, en cumul sur douze mois, les établissements financiers ont prêté aux ménages 147 milliards d'euros, contre 141 milliards en décembre. Ce niveau reste toutefois inférieur à celui enregistré en janvier 2009 sur un an (154 milliards). Précisément, l'embellie de janvier est à mettre au crédit du financement à l'habitat (95 milliards, contre 80 milliards en décembre), celui à la consommation restant stable.


Toujours selon la Banque de France, les taux des crédits à l'habitat ont encore reculé en janvier à 3,88%, contre 3,91 % en décembre. En janvier 2009, ils étaient en moyenne supérieurs à 5 %.


R. R., Les Echos, 04/03/2010

Dernières actualités