Les secteurs

Mode : la maroquinerie des Orgues se développe sous l'égide du Qatar

01.07.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Passée sous contrôle qatari, l’ancienne maroquinerie Le Tanneur rebaptisée ouvre un nouvel atelier, opérationnel cet l’été.

En matière de mode, il suffit parfois d’un geste pour lancer un produit. En offrant le 19 mai, en marge du G8 de Washington, à Michelle Obama un sac à main cabas tressé beige, modèle Vicky, signé Le Tanneur, la compagne du président de la République a propulsé le modèle du maroquinier corrézien au sommet. « Nous sommes ravis d’avoir été choisis pour incarner les couleurs de la France aux Etats-Unis », avait déclaré Jean Clenet, directeur général de Le Tanneur. En un week-end, les ventes de ce sac avaient dépassé 20.000 euros ! Avec 370 salariés répartis sur trois sites et 33 millions d’euros de chiffre d’affaires, la maroquinerie des Orgues, qui produit les sacs vendus sous la marque Le Tanneur, se positionne comme une entreprise leader du luxe made in Limousin. Implantée à Bort-les-Orgues (3.200 habitants), en Corrèze, l’enseigne a succédé depuis janvier 2011 à celle de Le Tanneur et Cie, avant d’être rachetée deux mois plus tard, pour 23 millions d’euros, par l’épouse de l’émir du Qatar, détentrice du holding Qatar Luxery Group-Fashion SPC. Après une période d’observation, la nouvelle direction se lance dans une stratégie d’expansion.

Afin d’améliorer ses productions, le groupe a ouvert en mars dernier un atelier à Monestier-Merlines (Corrèze), exclusivement dédié à une future marque qatarie, dont le nom ne sera révélé qu’à la fin de l’été. Cinquante emplois ont été créés pour l’occasion, des machines installées et le site sécurisé, pour un investissement total non divulgué.


Crainte d’une délocalisation

Parallèlement, se poursuivent les activités dans les deux unités de Bort-les-Orgues, à destination de grands clients historiques, comme Vuitton ou Hermès, ainsi que pour les marques maison Le Tanneur et Soco. Au total, plus de 20.000 pièces sortent mensuellement des ateliers corréziens. Le directeur général affirme être « dans une phase de stabilisation, mutualisant les compétences pour une marque 100 % française, mais pas 100 % made in Bort »... Faut-il comprendre que des activités seront délocalisées ? Qatar Luxury possède ainsi dans l’Allier, à Belley, une autre usine spécialisée dans la découpe, chargée de fournir les chaînes de fabrication. Les syndicats locaux craignent qu’une partie de la production Le Tanneur-Soco soit déplacée vers des unités asiatiques ou au Maghreb, mais la direction refuse de commenter.


Jean-Pierre GOURVEST, Les Echos, le 28/06/2012

Dernières actualités