Meubles : Saint-Gobain lance une chaîne de magasins, « Envie de salle de bain »

2017-10-10T17:48:00+02:00

10.10.2017, 


imprimer

Saint-Gobain accroît son exposition au grand public. Sa branche Distribution France vient d’ouvrir son premier magasin de salles de bain à Paris.

La salle de bain est aujourd'hui la première demande des clients en matière de rénovation. C'est donc par ce créneau en pleine croissance que la branche distribution de Saint-Gobain entame une révolution culturelle : s'adresser aux particuliers. Le groupe a célébré début octobre l'ouverture du premier magasin parisien de  sa chaîne en lancement, baptisée « Envie de salle de bain ». Sur 500 m², il met en scène une dizaine de salle de bains sur des thèmes tels que « optimâle » (ou comment optimiser la place dans le mini-appartement d'un célibataire aisé...), « suite » (style palace contemporain) etc, allant de 1 000 à 20 000 euros.

Jusqu'à présent, les seules enseignes grand public du groupe était Lapeyre (menuiserie) et Point P. La branche destinée aux différents corps de métier des artisans du bâtiment, Saint-Gobain Distribution France (SGDF), a douze enseignes, mais aucune formatée pour l'accueil des particuliers. Difficile d'encourager leurs achats en direct dans des magasins de professionnels, quand ceux-ci leur facturent les mêmes produits au prix fort...

Saint-Gobain avait, jusqu'à présent, géré cette situation délicate en affichant des prix publics élevés accompagnés de fortes remises aux professionnels. Ces derniers faisaient une partie de leur marge en facturant les produits à leurs clients au prix public. Internet a rendu caduques ces petits arrangements, les particuliers connaissant les « vrais » prix via Amazon et surtout les plateformes vendant à prix professionnels (ManoMano, 123Elec, Batiwiz, etc.). Saint-Gobain ne peut plus continuer à afficher des prix publics aussi élevés, ils vont être progressivement abaissés, à charge pour les artisans de faire leur marge sur la partie main d'oeuvre de leurs devis et plus sur les produits,  expliquait récemment le PDG du groupe, Pierre-André de Chalendar, aux « Echos »

SGDF tente donc de  changer de modèle économique et d'inciter les clients finaux prescripteurs à acheter chez lui, sans perdre les 310 000 professionnels (75 % du secteur ) qui lui assurent 20 % de part sur un marché de 35 milliards d'euros. « Envie de salle de bain » évite ainsi d'afficher le nom Saint-Gobain pour ne pas hérisser les professionnels, mais résulte de la transformation des showrooms de ses deux enseignes Cedeo et Brossette. « Nous allons en ouvrir 125, par transformation de showrooms existants, à raison d'une vingtaine par an, qui cibleront le milieu de gamme, complétés par de nouveaux espaces pour la clientèle CSP+ dans les 25 plus grandes villes, dont Paris  est le premier exemple, explique le dirigeant de SGDF, Patrice Richard. Dans tous les cas, l'artisan pourra y envoyer son client pour choisir ses produits ».

Et pour les clients n'ayant pas d'artisan, les vendeurs conseilleront d'en choisir un sur Homly You, le site lancé par Saint-Gobain l'an dernier. Ou de trouver un architecte sur « monmaîtrecarré.com » en complément du configurateur 3D présent en magasin. La salle de bain n'est que le début de la mue. « Le salon fait partie de nos chantiers, admet Patrice Richard. On devrait en reparler vers juin 2018... »

Myriam CHAUVOT, Les Echos, le 05/10/2017

Dernières actualités