Les secteurs

Marché de l'habillement : la flambée du coton fait souffrir les professionnels

24.08.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Les cours du coton ont grimpé de 21 % depuis février. Les hausses de salaires en Chine augmentent le coût des approvisionnements. Une mauvaise nouvelle pour les fabricants de tissus et de vêtements, qui peinent à augmenter leurs prix de vente. Les marges dans la filière vont donc être rognées.


Les cours du coton sont au plus haut depuis des années, les salaires montent dans les pays émergents, les coûts de transport par bateau augmentent… Les prix des vêtements, souvent importés de Chine, vont-ils grimper ? Non. Parole de professionnels. La hausse des coûts oblige plutôt la filière textile-habillement à comprimer ses marges, explique Gildas Minvielle, responsable de l'observatoire économique au sein de l'Institut français de la mode (IFM). « Les intermédiaires dans le domaine du filage ou du tissage forment une chaîne qui permet d'absorber une large partie des coûts supplémentaires », indique-t-il.


Des stocks en forte baisse

Le phénomène est déjà à l'oeuvre. Au premier semestre, le prix des fibres naturelles importées -laine et coton -, en provenance notamment des Etats-Unis et de la Chine, a ainsi bondi de 51 %  par rapport à la même période de 2009. Les prix des vêtements, eux, sont restés sages, avec une progression de 1,3 % sur un an selon l'Insee. En amont, la facture à la charge de la filière a commencé à enfler. A cause du coton, bien sûr. Le fabricant américain de tee-shirts Hanesbrands estime ainsi que ses achats de coton vont lui coûter 33 millions de dollars de plus cette année.

Les cours de l' « or blanc » ont grimpé de 21 %  depuis février et se rapprochent de leur précédent pic, atteint en mars 2008. « Ils resteront élevés pour au moins un an », estime Jack Scoville, vice-président du cabinet de courtage Price Futures Group. Pour la cinquième année de suite, les volumes produits ne devraient en effet pas répondre à la demande mondiale, selon les dernières prévisions de l'administration américaine. Un déficit exacerbé par les catastrophes naturelles dont ont été victimes la Chine et le Pakistan, deux pays qui assurent en temps normal plus d'un tiers de la production mondiale. Les stocks à travers le monde sont tombés à leur niveau le plus bas depuis 1994.

Autre facteur : les industriels chinois du textile, confrontés à des grèves, ont dû pour certains accepter des augmentations de salaires, et relever leurs prix. Les tarifs du fret maritime ont également repris leur ascension. Une inflation générale, amplifiée par la baisse de l'euro par rapport au dollar qui renchérit le coût des produits importés. Dans la filière, ce mouvement « s'est déjà traduit par une augmentation du prix des fils sur les marchés internationaux », relève Gildas Minvielle.


Les distributeurs s'interrogent

Pour les professionnels du textile-habillement, il s'avère néanmoins très difficile de répercuter ces hausses jusqu'au consommateur final. Certaines marques ont bien l'intention d'essayer. Le mythique fabricant de jeans Levi's a déjà prévu « des augmentations de prix pour le deuxième semestre », a annoncé son PDG, John Anderson. Le groupe anglais Next évoque de son côté une possible hausse « au printemps prochain ». Et la distribution américaine s'interroge.

Mais la plupart des professionnels ne se font guère d'illusions. « Il y a des limites, mais pour le moment aucune des marques que nous représentons n'envisage une hausse des prix sur les produits en rayon », indique ainsi François-Marie Grau, secrétaire général de l'Institut français du prêt-à-porter féminin, qui représente plus de 4.800 entreprises.

Difficile, en effet, de relever vraiment les tarifs alors que la concurrence entre les marques est très vive, et que la consommation reste languissante. En France, le marché est en repli depuis le début 2009. Au premier semestre, il a fléchi d'environ 4 %. Aux Etats-Unis, les ventes sont également décevantes, comme le montrent les chiffres publiés ces derniers jours par Gap et Abercrombie.


B. P., Les Echos, le 23.08.10

Dernières actualités