Lunettes : Optic 2000 multiplie les services pour soutenir ses ventes

2017-07-07T17:41:00+02:00

07.07.2017, 


imprimer

Le premier réseau français d’opticiens veut aller chercher des clients hors les murs de ses magasins.

Les opticiens seront-ils les gagnants de la présidentielle ? Rien n’est moins sûr, alors que la législation du dernier quinquennat (loi Hamon, loi Macron, loi de financement de la Sécurité sociale) a bridé leur activité. « Mais nous constatons que tous les gros candidats, dont Emmanuel Macron, avaient promis un remboursement à 100 % des lunettes », relève Yves Guénin, le secrétaire général d’Optic 2000. Reste à savoir si pour atteindre cet objectif, le nouveau président ne va pas tenter de faire baisser encore le prix des équipements oculaires...

Premier réseau français avec 1 183 points de vente, Optic 2000 se prépare depuis plusieurs années à cette contrainte avec des offres plancher à partir de 39 euros. « Nous ne pouvons pas lutter contre cette tendance. c’est pourquoi nous avons lancé dans nos magasins le programme "Objectif zéro dépense" qui consiste à faire systématiquement deux devis, l’un avec zéro reste à charge et un autre. Après c’est le client qui choisit », poursuit le dirigeant. Dans les faits, l’expérience prouve que le reste à charge est bien accepté jusqu’à 50 euros. Et le plafonnement en vigueur depuis 2015, à savoir 470 euros pour une paire de lunettes équipée de verres simples et 750 pour les verres complexes, est encore assez généreux.

Le devis normalisé

Les professionnels attendent donc de voir en quoi consistera précisément le nouveau dispositif Macron. Pour l’heure, ils se battent sur ce qu’il faudra indiquer sur le devis normalisé bientôt effectif imposé par la loi Macron. Faut-il y distinguer la prestation de service de l’opticien (mesures, montage des verres, réglage des montures, etc.) ou un prix global, forfaitaire ? « Je suis pour la prestation indissociable [forfait, NDLR], car sinon le danger est que la Sécu et les mutuelles ne remboursent plus que les montures et les verres stricto sensu », explique Didier Papaz, président d’Optic 2000.

L’argument peut surprendre quand on se souvient qu’au plus fort de la lutte contre les sites Internet comme Sensee, les opticiens mettaient justement en avant leur rôle de prestataire de service et de professionnels de santé. Indiquer la valeur du service dans les devis soulignerait cette valeur ajoutée...

En attendant Optic 2000, comme ses concurrents, attend l’impact de la mesure choc de ces derniers mois : le passage d’un remboursement par an à un remboursement tous les deux ans (sauf pour les enfants).

Dans les magasins de la chaîne, 24 % des clients viennent chaque année. Pour ne pas perdre ce rythme, l’enseigne travaille à des offres promotionnelles ciblées pour l’année « sans ».


Contrer les sites Internet

Elle va aussi aller chercher les clients hors les murs de ses officines. D’abord avec Otiko, un service en pharmacie : un panneau d’une centaine de montures, 4 forfaits et des vacations de l’opticien Optic 2000 de la zone. La marque a aussi lancé un service à domicile et décidé de généraliser des espaces enfants dans ses points de vente .

Le but est aussi de contrer les sites Internet spécialisés qui n’ont pris que de 1 à 2 % du marché des lunettes de vue, mais 8 % environ de celui des solaires et 15 % des lentilles.

Philippe BERTRAND, Les Echos, le 23/06/2017

Dernières actualités