Les secteurs

Logement : les promoteurs attendent d'autres mesures

09.10.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Nexity comme Kaufman & Broad sont sceptiques quant à l'impact du « Duflot », remplaçant le Scellier. 69 % des français s'attendent à ce que la hausse du prix des logements neufs se poursuive, et les ventes baissent.

Le marché des logements neufs dévisse en 2012. « Nous devrions vendre 70.000 à 80.000 logements contre 103.000 l'an dernier », a indiqué hier Alain Dinin, PDG du promoteur Nexity. Les ventes des constructeurs de maisons individuelles baisseront probablement de 20 %, à 130.000 maisons maximum, et le monde HLM ne financera que 90.000 à 110.000 logements (-18 % ). En aval des ventes, « on peut prévoir 310.000 mises en chantier de logements neufs, 355.000 en comptant la rénovation, a poursuivi Alain Dinin. Il en faudrait 40% de plus pour atteindre l'objectif gouvernemental de 500.000 logements par an, qui s'éloigne » puisque 421.000 logements avait été mis en chantier en 2011. Le dirigeant de Nexity s'attend à 300.000 mises en chantier l'an prochain.

Du discours des promoteurs, il ressort qu'aucun ne croit en l'objectif de 500.000 logements par an. Les ventes de Nexity aux particuliers ont baissé de 32% au premier semestre, à 2.687 logements, ce qu'il a partiellement compensé par une hausse de 46% de ses ventes au monde HLM. Mais, au total, les ventes restent en baisse de 13 %, à 4.633 logements sur six mois, et celles de Kaufman & Broad de 17%, à 4.027 logements sur neuf mois. Les ventes aux investisseurs en locatifs se sont effondrées et Nexity comme Kaufman & Broad tombent d'accord pour prédire que le Duflot, remplaçant du Scellier, ne permettra guère plus que de les stabiliser l'an prochain au niveau, bas, de 2012 (environ 30.000 ventes Scellier contre 60.000 en 2010). Le Duflot oblige à louer 20 % en dessous des loyers de marché. Pour préserver la rentabilité locative, « cela devra entraîner la baisse de 20 % le prix de ces logements, ce qui est impossible en 2013 », car les programmes immobiliers sont déjà lancés, a souligné Guy Nafilyan, PDG de Kaufman & Broad. Le Duflot interdit aussi de louer à un membre de sa famille, ce qui n'aidera pas les ventes.Seule bonne nouvelle : on assiste à une montée des ventes de résidences (étudiantes ou seniors) aux investisseurs, en dispositif fiscal Censi-Bouvard ou en régime de loueur meublé non professionnel.

Pessimisme

Quant à la réforme de l'imposition des terrains à bâtir, elle est jugée insuffisante pour faire libérer du foncier. Une révision du barème du prêt à taux zéro plus (PTZ+) est prévue, pour resolvabiliser les plus modestes. Mais au final, les vraies mesures restent à prendre. « Il faut réformer le droit de l'urbanisme et faciliter l'octroi des permis de construire en en faisant une compétence intercommunale », a réclamé Alain Dinin. Selon le baromètre annuel Nexity-Ipsos, 69 % des ménages s'attendent à ce que la hausse du prix des logements neufs se poursuive dans les six mois à venir et 46 % pense que le gouvernement n'a pas la marge de manoeuvre pour changer la situation.

Myriam CHAUVOT, Les Echos, 04/10/2012

Dernières actualités