Les secteurs

Location automobile : Europcar veut conforter son leadership

31.01.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Le premier loueur européen table sur une croissance annuelle moyenne de ses revenus de 6 % à 6,5 % à base comparable sur la période 2011-2013. Il mise notamment sur de nouveaux services et reste un acteur de la consolidation de son secteur.


Alors même que la location de véhicules en courte et moyenne durée commence à sortir de la crise, Europcar affiche de nouvelles ambitions. A l'occasion d'une « journée investisseurs », qui s'est tenue à Hambourg, le numéro un européen du secteur, détenu par la société d'investissement Eurazeo, a indiqué tabler sur une croissance annuelle moyenne de ses revenus de 6 % à 6,5 % à base comparable sur la période 2011-2013, après une baisse de 3 % sur 2008-2010. « Notre ambition est d'être le numéro un sur tous nos marchés en tant qu'opérateur ou avec nos franchisés », a déclaré, devant un petit groupe de journalistes, son directeur général, Philippe Guillemot, aux commandes de l'entreprise depuis le 1er avril 2010.

Au passage, l'ancien patron de l'ex-Areva T & D a indiqué qu'il n'avait pas l'intention de se contenter de la deuxième place -derrière Sixt -en Allemagne, son premier marché (28 % du chiffre d'affaires), sachant qu'Europcar s'affiche comme le premier loueur dans les pays où il opère en direct : Royaume-Uni, France, Italie, Espagne et Portugal (il est également actif en Australie-Nouvelle Zélande). Globalement, le groupe revendique une part supérieure à 26 % en Europe (26,4 % précisément en 2009, Avis Europe étant son premier rival avec une part de 16,5 % ).

Voulant au minimum la maintenir, sa direction compte s'appuyer sur le développement intrinsèque du marché européen, le deuxième au monde après les Etats-Unis, mais à fort potentiel avec un taux de pénétration de la location de voitures de 5,8 % alors qu'il dépasse les 20 % outre-Atlantique. Selon Euromonitor, il pourrait représenter 11 milliards d'euros de revenus en 2013, contre 9,6 milliards en l'an dernier.


Evolution des comportements

De fait, la croissance de la filiale d'Eurazeo sera d'abord alimentée par l'évolution des comportements, la location de voitures apparaissant de plus en plus comme une alternative à la détention d'un véhicule. En outre, Europcar devrait tirer parti de l'essor des services en ligne et le recours croissant aux applications mobiles. Sa direction mise encore sur son réseau, le plus important au monde avec plus de 10.000 agences accessibles, dont 1.807 détenues en direct. L'opérateur, qui a noué des alliances stratégiques avec le géant américain Enterprise et le japonais Mazda, compte aussi sur les grands courants d'affaires internationaux. Sa croissance sera de plus nourrie par de nouveaux services de mobilité, qu'annonce déjà le concept « car2go ». Lancé en avril avec le groupe Daimler à Hambourg, ce service pourrait être le prélude d'un grand partenariat entre les deux firmes.

Europcar, qui a grossi à coups d'acquisition depuis sa reprise par Eurazeo en 2006, reste par ailleurs à l'affût de nouvelles cibles en matière de croissance externe. « Nous allons vers plus de consolidation. Nous aurons des opportunités », observe Philippe Guillemot, qui « regarde » entre autres... l'Allemagne, et semble lorgner les acteurs de second rang plus faciles à intégrer dans le dispositif Europcar. Enfin, le développement en dehors du Vieux Continent est loin d'être achevé. L'implantation du groupe en Chine est notamment à l'étude, mais aussi au Vietnam, en Thaïlande ou au Brésil.

Europcar se montre donc résolument offensif au moment même où sa maison mère a engagé une réflexion quant au devenir de sa participation (« Les Echos » du 6 janvier). Interrogé sur le sujet, Philippe Guillemot observe qu'il n'y a pas, pour l'instant, d' « agenda précis », ni de « besoin d'aller sur le marché », Europcar ayant refinancé sa dette et étalé sa maturité l'an dernier. « Notre job est de continuer à faire croître le business », rappelle-t-il également. Nul doute qu'Eurazeo apprécie.

Christophe PALIERSE, Les Echos, 28/01/2011

Dernières actualités