Les secteurs

Location automobile : Europcar tient la route en dépit d'une conjoncture dégradée

09.09.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Le numéro un européen de la location automobile, contrôlé par Eurazeo, a enregistré une légère contraction de son résultat opérationnel au premier semestre. Il optimise la gestion de sa flotte pour faire face à la baisse de son activité.

Europcar a relativement conservé sa trajectoire opérationnelle au premier semestre, en dépit d’une route glissante pour cause de conjoncture dégradée. Le numéro un européen de la location automobile, contrôlé par la société d’investissement Eurazeo, a indiqué, ce jeudi, avoir enregistré un bénéfice d’exploitation ajusté (hors intérêts de leasing des véhicules) de 58,4 millions d’euros pour les six premiers mois de l’année, en retrait de 5,3 % par rapport à son niveau constaté un an auparavant, pour un total de revenus de 888,1 millions, en baisse de 3,2 %. De fait, sa marge opérationnelle s’est contractée de 0,1 point, à 6,6 %.

Le groupe, qui ne communique pas sur son niveau de résultat net, a géré au plus près ses coûts avec, en premier lieu, l’optimisation de sa flotte. Ainsi, le nombre moyen de véhicules utilisés a été réduit de 3,2 % (à 174.610 unités), et le taux d’utilisation de la flotte a crû de 0,7 point, à 73,7 %. De même, les « coûts de flotte » ont été réduits de 1,6 % par unité.


26 millions d’économies de coûts

S’exprimant devant la communauté financière, le directeur général d’Europcar, Roland Keppler, nommé en février en remplacement de Philippe Guillemot, est par ailleurs revenu sur la mise en oeuvre du plan d’amélioration des performances de l’entreprise, baptisé « Fast Lane 2014 ». A ce stade, son impact en terme d’excédent brut d’exploitation est chiffré à 44 millions d’euros sur la période 2012-2014, dont 26 millions d’économies de coûts et 18 millions d’amélioration du chiffre d’affaires. Comme l’avait récemment indiqué Roland Keppler aux « Echos », Europcar veut développer son offre de services en ville, accroître sa présence sur le Web. Par ailleurs, une révision de son dispositif en Espagne et en Italie, où son activité est fortement affectée, est en préparation. A ce titre, Roland Keppler n’a pas exclu l’éventualité de la fermeture d’agences, sans faire d’autre commentaire.

Enfin, concernant les perspectives du groupe, son directeur général n’a pas caché aux investisseurs qu’il reste « très prudent » quant à l’évolution du marché du voyage d’affaires. Si la conjoncture pèse sur les déplacements professionnels, le loueur a, jusqu’à présent, profité de la vitalité du segment loisirs dans certains pays.


Christophe PALIERSE, Les Echos, le 06/09/2012

Dernières actualités