Les secteurs

Location auto : les franchisés Citer en lutte contre Enterprise Rent-A-Car

09.09.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Les franchisés Citer réclament le rachat de leurs fonds de commerce après le non-renouvellement de leur contrat par l'enseigne Enterprise Rent-A-Car.

La stratégie choisie par le groupe Enterprise Rent-A-Car, le leader du marché américain de la location de voitures, pour se développer en France ne fait pas que des heureux. Depuis le rachat du réseau Citer à PSA, en janvier 2012, Enterprise a pourtant réalisé des investissements significatifs : 20 nouvelles agences sont venues renforcer le réseau et 30 ouvertures supplémentaires sont prévues dans les deux prochaines années, annonce le groupe. 250 recrutements ont déjà eu lieu.

Seulement voilà, cette expansion se fera sans les 18 franchisés. Ceux-ci ont été informés à la fin de l’année dernière que leurs contrats ne seraient pas renouvelés, l’entreprise ayant décidé de se focaliser sur un développement en propre.

Les 18 patrons de société ont le sentiment d’avoir été menés en bateau : « Juste avant le rachat, en décembre 2011, on nous a demandé de signer une version homogénéisée de nos contrats, avec un terme au 31 décembre 2013, indique Alexis Cosson, qui gère une agence à Saint-Etienne. A l’époque, on nous a rassurés sur l’avenir et la continuité de nos franchises. »

Pas d’indemnité

De surcroît, aucune indemnité n’est envisagée, ce que les franchisés jugent contraire à la pratique française. « Cette résiliation à l’échelle d’un réseau entier est inédite. Qu’une entreprise change de stratégie et décide de se développer en propre, on peut le comprendre, avance celui qui est l’un des leaders de la contestation. Mais, dans ces cas-là, elle propose de racheter le fonds de commerce. » Ce que réclament les 18 franchisés, à une valeur de marché qui serait évaluée par un expert.

Pour y parvenir, ils s’efforcent d’alerter l’opinion sur leur sort. Leurs options alternatives, au terme de leur contrat, fin 2013, sont plus que limitées. « Enterprise m’a prévenu qu’ils allaient s’installer dans ma ville et exploiter mon propre fichier client ! Mais, de mon côté, une clause de non-concurrence m’interdit de me tourner vers un autre réseau », explique Alexis Cosson.

Interrogé, Enterprise se refuse à tout commentaire, tout en précisant que «  des discussions individuelles ont eu lieu et se poursuivent ». D’après Alexis Cosson, 5 des franchisés se sont vu proposer en juillet une indemnité en échange de l’engagement de ne pas lancer de recours, pour des montants qui ne constituaient pas, selon lui, une base de négociation.

Lionel STEINMANN, Les Echos, 05/09/2013

Dernières actualités