Les secteurs

Licence de marque : Cacharel se lance dans les lunettes et les montres

31.05.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe de parfums Cacharel vient de signer deux licences pour se développer dans le prêt-à-porter. La crise complique cependant la relance.

Pour tenter de conforter sa relance, Cacharel lance une ligne de lunettes et signe sa première collection de montres. La licence optique a été conclue avec Mondottica. La dizaine de modèles de montures, proposé autour de 130 euros, sont déjà en vente dans plus de 200 magasins GrandOptical. Un lancement international est prévu en juin.

Pour ses montres, Cacharel a signé un partenariat avec le groupe Ambre, avec des pièces dont le prix moyen s’établit à 250 euros. Des discussions sont en cours avec les Galeries Lafayette pour un emplacement.

Ces deux accords doivent aider la griffe à repartir après une longue descente aux enfers. En novembre dernier, Jean Bousquet (quatre-vingt-un ans), le fondateur de la marque, avait présenté sa feuille de route pour reconquérir le marché. Après de nombreux plans sociaux, Cacharel, qui a connu son apogée dans les années 1960 à 1970, a vu fondre ses ventes quasiment de moitié par rapport à cette époque. Mais la marque a survécu grâce aux royalties liées à sa licence parfums avec L’Oréal, qui génère les trois quarts du chiffre d’affaires. Créé en 1978, Anaïs Anaïs reste un best-seller mondial. « Catch Me », lancé en mars en Amérique latine, serait déjà numéro un en Argentine.

C’est en s’appuyant sur cette notoriété que Jean Bousquet veut vendre son prêt-à-porter femmes, hommes et enfants. Mais la crise a compliqué la donne. Les magasins multimarques hésitent à accueillir une nouvelle griffe alors que leurs stocks débordent. Une vingtaine seulement en France distribuent Cacharel. « Nous allons leur proposer un partenariat, avec des facilités de paiement et une possibilité de retour de stocks », indique Jean Bousquet. Deux corners dédiés aux enfants doivent ouvrir au second semestre aux Galeries Lafayette à Paris et à Strasbourg.

Objectif : présence en magasins doublée en 2014

A l’export, la société a mis en place une dizaine de responsables de zones de l’Asie, aux Etats-Unis à la Russie. « Nous sommes présents dans 250 magasins, avec l’objectif d’un doublement en 2014 », indique Richard Alibert, le directeur général. Les ventes consommateurs devraient ainsi atteindre 250 millions d’euros en 2013, soit une croissance de 30 %. Mais la rentabilité sera négative, en raison d’un manque à gagner lié à la nouvelle législation sur les capitaux en Argentine.

Dominique CHAPUIS, Les Echos, 29/05/2013

Dernières actualités