Les secteurs

Librairie : la TVA sur le livre pourrait revenir à 5,5 % dès la loi de Finances rectificative

23.05.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

L’annulation de la hausse de la TVA permettra aux libraires d’améliorer leurs marges, mais devrait poser des problèmes logistiques aussi complexes que lors de son instauration.

Le nouveau gouvernement tiendra sa promesse : la TVA sur le livre reviendra de 7 % à 5,5 %  « très rapidement ». Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, l’a confirmé sur France Inter. «  L’idée est de permettre aux librairies de retrouver les marges perdues au cours des ces dernières années », a déclaré la ministre, n’écartant pas la possibilité que la mesure soit adoptée dès la loi de Finances rectificative. Pour autant, a précisé Aurélie Filippetti, le retour à une TVA à 5,5 % se fera en concertation avec les libraires, afin d’en définir les modalités. Le passage à un taux de 7 % avait donné lieu à une logistique complexe, au point que sa mise en oeuvre avait été décalée du 1 er janvier au 1 er avril, pour permettre aux libraires de s’organiser : il leur a fallu revoir leurs systèmes d’information, traiter le cas des retours d’ouvrages enregistrés avec un taux à 5,5 %, ou encore celui du réétiquetage des millions de livres en stock... Revenir en arrière risque de se révéler tout aussi compliqué. D’autant que, conformément à la loi Lang sur le prix unique du livre, ce sont les éditeurs, et non les libraires, qui fixent le prix de vente final.


« Une excellente nouvelle »

Officiellement, toutefois ,les libraires se réjouissent. « Nous avons souhaité cette mesure, nous y restons favorables », indique Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la libraire française (SLF). De même, Antoine Gallimard, président du SNE (Syndicat national de l’édition), se félicite. «  C’est une excellente nouvelle », dit-il. Encore faudrait-il que les prix de vente des livres ne baissent pas, pour que la baisse de la TVA puisse être répercutée sur les marges des libraires. Selon Antoine Gallimard, la hausse avait entraîné une augmentation moyenne du prix des livres de 1,5 % chez les membres du SNE. Selon les libraires, la moitié des éditeurs (en particulier les plus petits) n’ont toutefois pas répercuté la hausse de la TVA.

Pour autant, les libraires tiennent à souligner que la mesure ne suffira pas. « Elle ne réglera pas les problèmes de l’économie du secteur », insiste Guillaume Husson. Le SLF avait élaboré douze propositions à l’attention des candidats. De même, la mission sur l’avenir de la librairie, installée par Frédéric Mitterrand, avait suggéré des mesures dans son rapport remis en mars. Le précédent ministre avait repris certaines de ces suggestions, telles que la montée en puissance des aides du CNL (Centre national du livre) ou encore l’interdiction d’intégrer les frais de port dans le prix des livres vendus en ligne ( « Les Echos » du 16 mars). Reste à savoir si le nouveau gouvernement les reprendra ou non à son compte.


Anne FEITZ, Les Echos, le 22/05/2012

Dernières actualités