Les secteurs

Les services à la personne ont encore créé des emplois malgré la crise

20.11.2009, source : Les Echos.fr

imprimer

La progression a ralenti mais elle fera quand même de nombreux envieux. Alors que l'économie française devrait détruire 400.000 emplois cette année, les services à la personne ont poursuivi leur développement. Selon les prévisions réalisées par le Bipe pour l'Agence nationale des services à la personne (ANSP), rendues publiques hier à l'occasion du Salon consacré à cette activité, le nombre d'heures travaillées devrait augmenter de 1,5 % en 2009 contre une baisse de 2 % pour l'ensemble de l'économie. Le secteur aura occupé cette année près de 2 millions de personnes, soit 34.000 de plus qu'en 2008. Compte tenu de l'ampleur des cumuls de postes à temps partiel, cela correspond à 859.000 emplois en équivalent temps plein, soit 16.000 postes de plus que l'an dernier.


Une opportunité de reclassement

Le poids des services à la personne dans l'emploi global aura donc continué à progresser, atteignant 3,8 % contre 3,4 % en 2005, au lancement du premier plan gouvernemental visant à favoriser le développement du secteur. L'emploi direct se sera encore, cetteannée, taillé la part du lion,avec 1,387 million de salariésde particuliers employeurs et 388.000 équivalents temps plein, devant les 302.000 assistantesmaternelles (309 ETP) et les 262.000 salariés de prestatairesde services à la personne(162.000 ETP). Au total, la croissance de la masse salariale des services à la personne devrait être supérieure à 5 % en 2009, alors qu'elle va stagner au global, tandis que la valeur ajoutée du secteur devrait croître de 6 %, quand le gouvernement s'attend à une baisse du PIB de 2,25 %.
« Tout cela confirme que le développement des services à la personne n'est pas un effet de mode mais un processus à moyen et long terme recelant un fort potentiel de croissance » , souligne Bruno Arbouet, directeur de l'Agence nationale des services à la personne. « Non seulement, le secteur résiste au marasme économique, mais il constitue une opportunité de reclassement des salariés qui en sont victimes et va contribuer à dessiner une sortie de crise » , ajoute-t-il. Il en veut pour preuve le fait que les enseignes de services à la personne - c'est-à-dire des entreprises de services, banques ou assureurs notamment, qui ont commencé à proposer à leurs clients de les mettre en relation avec des prestataires - n'ont pas déserté le marché malgré la dégradation de la conjoncture.
L. DE C., Les Echos le 20/11/09

Dernières actualités