Les secteurs

Les seniors dans les entreprises : la qualité des accords sera déterminante

04.11.2009, source : Les Echos.fr

imprimer

Le gouvernement a tenu hier une « réunion de mobilisation » pour l'emploi des seniors à Bercy. Dans moins de deux mois, les entreprises qui n'auront rien fait seront sanctionnées. De nombreuses négociations ont été lancées.
Gros plan sur l'emploi des seniors, hier à Bercy. Comme il l'avait fait sur les jeunes, le gouvernement a réuni pendant une matinée responsables de branches, syndicalistes, DRH, etc. pour mobiliser les entreprises sur la nécessité de finaliser un plan d'action pour l'emploi des quinquagénaires, négocié ou pas, d'ici à la fin de l'année. A défaut, les employeurs de plus de 50 salariés s'exposeront à partir du 1er janvier à payer une pénalité financière égale à 1 % de leur masse salariale.
La perspective d'une telle sanction a mis du temps à faire peur. Du fait de la crise, le gouvernement a même un temps hésité à la décaler. Mais la publication, cet été, du décret précisant le dispositif et l'affirmation par les pouvoirs publics de leur détermination à l'appliquer ont fini par provoquer un sursaut. Le ministre du Travail, Xavier Darcos, et le secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez, qui souhaitent « sortir de l'incantation » sur le sujet dans une tribune aux « Echos » (voir page 13), veulent croire que la révolution est en marche. Saluant un « gros mouvement de négociation » traduisant un « changement de tempo », ce dernier a souligné que « sans perspective de sanction, rien n'aurait bougé ».


Des objectifs chiffrés

Le bilan n'est cependant pas encore très conséquent. « Environ 1.000 accords ou plans d'action ont été signés dans des entreprises », a annoncé Xavier Darcos. S'y ajoutent seulement 7 accords de branche déjà conclus et en cours d'extension. Mais des négociations sont en cours dans « 57 branches », un chiffre « amené à croître ces prochaines semaines », a précisé le ministre du Travail. Quelque 10 millions de personnes, soit les deux tiers des salariés du privé, seraient concernés, souligne-t-on à Bercy. Ce renouveau de la négociation de branche s'explique par le fait que l'existence d'un accord exonère les entreprises de mettre en oeuvre un dispositif spécifique, à condition qu'elles respectent l'accord.
Les accords doivent comporter des objectifs chiffrés dans au moins trois des six domaines cités dans le décret (recrutement, conditions de travail, aménagements des fins de carrière, transmission des compétences, anticipation des évolutions de carrière et formation). Il reste à démontrer qu'ils ne se limiteront pas à des déclarations d'intention dans un contexte de crise peu favorable à l'emploi. Mais à chaque jour suffit sa peine.    « Nous verrons en 2010 s'il est nécessaire de passer d'une obligation de moyens à une obligation de résultats » , a ajouté Xavier Darcos, tandis que Laurent Wauquiez a donné rendez-vous au début de l'année prochaine pour  « évaluer la qualité des accords » . Le secrétaire d'état à l'Emploi a aussi loué les qualités du CV anonyme qui  « va aussi servir à faire sauter une barrière d'accès à l'emploi, celle de l'âge » , dont il lançait hier avec Yazid Sabeg l'expérimentation.

L. DE C., Les Echos le 04/11/09
 

Dernières actualités