Les secteurs

Les prix dans les cafés et restaurants ont progressé de 1 % en 2009

23.01.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Si l'inflation a été quasi nulle en moyenne l'an dernier (+ 0,1 % ), les hausses ont été spectaculaires pour les formalités administratives ou le chauffage urbain, alors que les prix de l'électronique grand public et de l'essence ont chuté.

Du jamais-vu au cours des vingt dernières années. En moyenne, a confirmé hier l'Insee, les prix n'ont progressé que de 0,1 % en 2009. Alors que 2008 avait été marquée par une forte inflation (+ 2,8 % ), 2009 aura connu une longue période de reflux. L'ampleur de l'impact de la baisse du cours de baril de pétrole peut se lire dans la liste détaillée de quelque 600 produits et services publiée par l'Institut statistique. Après avoir bondi de 29,2 % en 2008, c'est le prix du fioul domestique qui a le plus baissé l'an dernier, avec un repli équivalent de 30,9 %. Les carburants ont été l'autre foyer important de recul (-17,1 % ), avec en tête le gazole, dont l'ampleur de la baisse est bien plus forte que celle des supercarburants (- 21,2 %, contre - 11,7 % ). La pression sur les prix des produits d'électronique grand public est aussi restée forte : ce sont les téléviseurs qui ont le plus baissé, avec des prix en recul de 24,4 %. Plus globalement, les prix des produits manufacturés sont restés stables.


Repli dans les produits frais 

A l'inverse, la hausse la plus forte a concerné les formalités administratives, dont les prix ont augmenté de 51,4 %, après être restés stables l'année précédente. Ce bond s'explique notamment par celui du passeport, passé à 89 euros par adulte, suite au passage au biométrique. Les prix de l'eau chaude et du chauffage urbain poursuivent leur envolée, grimpant de 23,8 % après avoir déjà augmenté de 11,1 % l'année précédente. Dans un tout autre domaine, on note également une hausse de 10,6 % des cours par correspondance.

Poste important dans le budget des ménages -et notamment des plus modestes -les prix de l'alimentation ont stagné (+ 0,4 % ), après avoir bondi de 4,9 % en 2008 en lien avec la flambée des matières premières. Mais là aussi, les disparités selon les produits sont fortes : le coût du riz a encore progressé de 6,1 % (après + 16 % en 2008), tandis que les produits frais se sont repliés de 4,2 % (et jusqu'à 7,1 % pour les fruits). Les prix dans les cafés et restaurants ont quant à eux progressé de 1 % en moyenne sur l'année, en dépit de la baisse de la TVA intervenue en juillet (qui a permis un léger repli au second semestre). De quoi alimenter de nouveau la polémique.


Comparaison sur onze ans

Les indices de prix de l'Insee étant établis par rapport à une base 100 en 1998, il est également possible d'établir une comparaison sur onze ans. C'est le fioul domestique qui a connu la plus forte inflation, avec un doublement de son prix, devant le tabac (+ 93 % ), le coût de la main-d'oeuvre pour réparation de voitures (+ 73 % ), l'eau chaude (+ 70 % ) ou encore les cours par correspondance (+ 60 % ). Au cours des onze dernières années, l'indice des prix à la consommation a augmenté de 19,3 %. Pour les cafés et restaurants, la hausse a été de 30 %.


FRÉDÉRIC SCHAEFFER, Les Echos, 22/01/2010

Dernières actualités