Les secteurs

Les principaux créanciers de Vivarte d'accord avec la direction

05.06.2014, source : Les Echos.fr

imprimer

Après d’interminables journées de négociations et quelques nuits blanches, le management de Vivarte et les principaux créanciers du groupe d’habillement sont parvenus à un accord le 4 juin dernier. Sans être décisif, puisqu’il concerne un groupe de douze de ses créanciers détenant plus de la moitié de sa dette, alors que le processus de restructuration doit être approuvé par 100 % des créanciers, cet accord constitue néanmoins une étape majeure. Il valide en effet auprès des plus gros créanciers les propositions de la direction du groupe emmenée par son PDG, Marc Lelandais.

L’entreprise, propriétaire de La Halle aux Vêtements, Naf Naf, Kookaï ou André, explique dans un communiqué que cet accord permettra de réduire sa dette de 2 milliards d’euros via la conversion de créances en capital, les prêteurs devenant actionnaires de la société à l’issue du processus de restructuration. Le groupe de créanciers s’est également engagé à injecter 500 millions d’euros d’argent frais dans l’entreprise, conformément au plan de développement défendu par la direction du groupe. Si ce schéma devait aboutir, Vivarte aurait, selon nos informations, quatre actionnaires de référence, les fonds Oaktree, Alcentra, Golden Tree et un quatrième qui devrait être connu d’ici à la fin de cette semaine.

4 actionnaires de référence

 L’ensemble des prêteurs se sont vu présenter mercredi 4 juin le schéma adopté. C’est jeudi 5 juin, avec la conciliatrice, que sera décidée la date du vote qui interviendra dans une dizaine de jours. « Les prêteurs ont-il une alternative ? », s’interroge une source proche des négociations. Le choix est en effet cornélien : s’ils ne votent pas tous, une procédure de sauvegarde pourrait être engagée avec des contraintes bien pires en perspective pour les prêteurs.

Plombé par une dette de 2,8 milliards d’euros, Vivarte réclamait à ses créanciers un abandon de dettes de quelque 2,3 milliards d’euros et avait annoncé le 9 mai avoir reçu cinq offres de restructuration de sa dette, ouvrant la voie à une possible reprise du géant français de l’habillement. Vivarte avait suspendu ses remboursements et s’était engagé en mars dernier dans une procédure de conciliation avec un administrateur judiciaire afin de trouver un accord.

Si le projet présenté le 5 juin est approuvé par les créanciers, il permettrait à l’entreprise de ramener sa dette à 800 millions d’euros, contre 2,8 milliards actuellement. Ses grands actionnaires, le fonds Charterhouse (60 % du capital), les fonds Chequers et Sagard (environ 8 % chacun) et l’ancien management de l’entreprise (18 %, dont environ 9 % pour son ancien PDG, Georges Plassat, parti diriger Carrefour) devraient sortir.

Antoine BOUDET, Les Echos, le 05/06/2014.

Dernières actualités