Les secteurs

Les Mousquetaires d'Intermarché mettent à leur tour le cap sur les zones urbaines

10.01.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupement des Mousquetaires lance officiellement à Lille son nouveau concept ciblant la clientèle urbaine des grandes agglomérations. Le magasin, déjà testé à Nice et Toulouse, met l'accent sur l'alimentaire, les marques et les services, à des prix inférieurs à ceux de la concurrence.


L'ouverture, jeudi, dans le centre de Lille d'un Intermarché Express marque le coup d'envoi du déploiement en France, par le groupement des Mousquetaires de son nouveau format de magasin : un concept de proximité de petite taille, allant de 400 à 1.200 mètres carrés dans les zones urbaines d'au moins 50.000 habitants. La cible est la clientèle citadine qui ne veut pas forcément prendre sa voiture pour faire ses courses. Avec cette inauguration, Intermarché, qui a déjà validé son nouveau format à Nice et Toulouse, se mêle à la concurrence féroce à laquelle se livrent les Casino, Monoprix et autres Carrefour pour capter la clientèle de « proximité ».


Le commerce d'alimentation sur ce créneau est difficile à estimer. L'Autorité de la concurrence, dans un récent avis, dénombre 19.400 points de vente pour un chiffre d'affaires de 7,2 milliards d'euros, soit 3,5 % du commerce alimentaire français. Mais cette étude ne porte que sur les épiceries et les supérettes de 400 mètres carrés au plus. Or de nombreux supermarchés existent déjà dans les zones urbaines, des Carrefour Market, par exemple. En raison de l'urbanisation croissante de la population, le potentiel est bien là, d'autant que les grands hypermarchés de périphérie perdent des parts de marché, désertés par des clients préférant les achats de proximité.


Amplitude horaire

L'Intermarché Express lillois, porté par le groupement (la région Nord), sera affecté à terme à un adhérent. Il propose en libre-service 10.000 à 12.000 références, soit autant qu'un Intermarché classique de 2.000 mètres carrés. « Ce n'est pas parce qu'on est petit qu'on ne doit pas avoir le même choix », assène Christophe Viennot-Bourgin, patron du projet au sein des Mousquetaires et par ailleurs adhérent. L'offre est essentiellement alimentaire avec 40 % de ses références dans le frais, 50 % dans le sec, et uniquement 10 % en non-alimentaire.


S'il y a autant de marques du distributeur (MDD) que dans le format traditionnel (30 % ), « elles sont un peu moins mises en avant ». L'amplitude horaire est, elle, plus importante (8 heures-21 heures). Il y a également à l'entrée un rayon « snacking », avec une offre prête à consommer ou à réchauffer, la possibilité de se faire livrer ou encore de faire garder ses achats au frais. Les prix sont ceux du secteur, indique encore Christophe Viennot-Bourgin. Précisément, ils sont un peu plus chers que ceux d'un Intermarché de zone rurale, mais à un indice 112 environ là où les enseignes de centre-ville les plus chères, comme Monoprix, sont à 125-128. Le groupement a investi dans ce magasin 1 million d'euros hors charge locative, un loyer qu'il estime modéré (140 euros du mètres carrés). D'une façon générale, le loyer des Express représentera 4 % à 5 % du chiffre d'affaires sur des emplacements numéro 2 ou 3. Si les loyers de centre-ville sont plus élevés qu'en périphérie, les chiffres d'affaires au mètre carré aussi…


« Avec ce nouveau concept, nous suivons les flux de population », confirme Claire Sixdeniers, autre responsable du projet. « Partout les programmes de rénovation urbaine se développent, on construit de nouveaux quartiers, qui génèrent de la clientèle, à nous de nous positionner sur ces projets bien en amont », conclut-elle.


Nicole Buyse (à Lille) et Philippe Bertrand, Les Echos, 07.01.2011

Visite rapide d'un Intermarché Express
· Une implantation dans des zones urbaines de plus de 50.000 habitants.
· Un format de 500 à 1.100 mètres carrés.
· Près de 10.000 références à dominante alimentaire.
· Des marques haut de gamme, des produits bio ou ethniques.
· Une offre dense de produits frais et surgelés.
· Un espace de produits prêts à consommer.
· Des services adaptés à la clientèle urbaine : ouverture jusqu'à 21 heures ou 22 heures, livraison, espace restauration, parapluies, idées recettes, etc.
· Des prix 5 % à 10 % moins chers que ceux des concurrents de la même zone de chalandise.

 

Dernières actualités