Les secteurs

Les groupes Carrefour et Auchan redressent leurs résultats

05.09.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

La réduction des coûts et la croissance des marchés émergents permettent aux deux distributeurs français de pallier l'atonie de la consommation en Europe. En attendant la relance de leurs hypermarchés français.

Les deux champions intégrés de la distribution alimentaire française ne sont pas encore sortis des zones de turbulence de la consommation européenne. Les résultats honorables que Carrefour et Auchan ont publié hier pour le premier semestre 2010 sont encore tirés par le dynamisme des marchés émergents (l'Asie et l'Amérique du Sud pour Carrefour, l'Asie et l'Europe de l'Est pour Auchan) ainsi que par le contrôle des coûts et des investissements.

Pour Carrefour, la hausse de 6 % du chiffre d'affaires hors taxes (à 43,73 milliards d'euros), se limite à 1,8 % à changes constants et hors essence. La Belgique et la situation économique de l'Europe du Sud engendrent une baisse des ventes de 1,6 % sur le continent, hors France. En revanche, l'activité progresse de 34,6 % en Amérique latine et de 13,5 % en Asie. Chez Auchan, Xavier de Mézerac, directeur financier du groupe, reconnaît que « la croissance d'Auchan est tirée par la Russie et la Chine » sans donner de détails. Cité dans un communiqué, Vianney Mulliez, président du conseil d'administration, se contente d'évoquer pour la zone euro une « résistance des activités, [...] dans un conjoncture qui reste difficile ». Pour les six premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires global du distributeur nordiste a progressé de 6,8 % , à 20,04 milliards d'euros, mais seulement de 1 % à changes constants et hors essence.


Les marchés émergents

Afin de compenser l'atonie de l'activité et faire revenir son résultat net dans le vert, à 67 millions d'euros, contre une perte de 48 millions au premier semestre 2009, Carrefour dit avoir atteint les premiers résultats du « plan de transformation » annoncé en 2009 par son nouveau directeur général, Lars Olofsson. Le numéro deux mondial de la distribution a réalisé 168 millions d'euros de gains sur les achats ainsi que 236 millions de réduction de coûts. Un niveau d'économie en avance sur les prévisions annuelles (230 millions pour les achats et 500 millions pour les coûs) qui permet de limiter l'impact sur le résultat opérationnel (1,09 milliard, en hausse de 7,6 % ) de la charge exceptionnelle de 69 millions d'euros constatée au Brésil pour « dépréciation de stocks et ajustements comptables ». Un « incident » qui a valu le remplacement du management d'une filiale dont la gestion passée a été telle qu'elle nécessite aujourd'hui, selon Lars Olofsson, un « audit externe » afin d'identifier les magasins déficitaires.

Le résultat semestriel d'Auchan progresse, lui, de 87 millions d'euros en un an, à 230 millions, en raison d'une diminution de 163 millions (25 % ) des investissements et d'une hausse de 41 million du résultat financier.

Pour les deux groupes, l'avenir repose sur le dynamisme persistant des marchés émergents. Mais l'enjeu d'un retour durable à la croissance reste la relance de leurs hypermarchés français, les supermarchés rénovés (Simply Market pour Auchan, Carrefour Market pour Carrefour) ayant retrouvé une certaine dynamique.

Globalement, l'activité des deux distributeurs dans l'Hexagone reste atone, avec pour Carrefour une baisse de 0,4 %, et pour Auchan une très légère progression de 0,2 %. Carrefour annoncera le 16 septembre le rythme - et le coût - du déploiement de son nouveau concept Planet. Auchan doit dupliquer les innovations inaugurées à Vélizy, en région parisienne.


PHILIPPE BERTRAND, Les Echos, le 01.09.10

Dernières actualités