Les distributeurs de jouets affaiblis par le e-commerce

2017-12-25T17:33:00+02:00

25.12.2017, 


imprimer

Toys R Us, la Grande Récré et les hypermarchés perdent du terrain face à Amazon.

Le Père Noël n’a pas échappé à la rupture numérique. Les cybermarchands grignotent en effet les positions des distributeurs traditionnels. Selon le panéliste NPD, les spécialistes réalisaient la moitié des ventes de jouets en France en 2014. Cette part est tombée à 41 %. Les hypers et supermarchés sont descendus de 33,7 % à 32 %. Les « pure players » sont passés de 14 % à 18 %.

« 82 % des parents d’enfants de 3-11 ans en ont déjà acheté en ligne » constate la fédération des industries du jouet. Les commerçants "en dur" ont lancé leur propre site Internet. Au final, « le chiffre d’affaires réalisé en ligne a plus que doublé depuis 2012 et représente aujourd’hui 26 % des ventes », résume Frédérique Tutt, l’expert de NPD. Le chiffre de 28 % est en vue.

Toys R us au bord de la faillite

Certaines enseignes spécialisées réussissent mieux que d’autres sur la Toile. Le réseau King Jouet (240 magasins pour 250 millions d’euros de chiffres d’affaires) réalise 10 % de ses ventes en ligne. Son site a été lancé il y a quinze ans. Des bornes numériques sont installées dans les points de vente pour élargir leur offre. D’autres réseaux sont affaiblis. Jean-Michel Grunberg, actionnaire majoritaire de La Grande Récré (250 magasins et plus de 400 millions d’euros de chiffre d’affaires pour sa holding Ludendo) cherche d’ailleurs un repreneur.

La crise des spécialistes s’est cristallisée autour de Toys R Us, numéro un en France avec environ 10 % du marché. La maison mère américaine s’est même placée sous le Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Les fabricants ont pris peur. Toys R Us a dû leur écrire pour qu’ils livrent sans demander à être payés « au cul du camion ».


Exclusivités

Pour les fournisseurs, les magasins demeurent des vitrines. Ils les aident donc à se différencier du e-commerce. « Chaque enseigne essaie d’animer ses points de vente, avec plus de théâtralisation, explique Frédérique Tutt. Il y a une forte demande d’exclusivité auprès des fabricants ». Le bébé tigre Tyler de Hasbro, une merveille de technologie est ainsi proposée en blanc uniquement chez Toys’R Us. Carrefour crée des corners dédiés aux grandes marques. Démonstrations, conseils : « Ce qui est important, c’est de rendre des expériences exclusives, résume Christophe Salmon, patron France de Mattel. A chaque enseigne, de raconter une histoire ».

Philippe BERTRAND, Les Echos, le 14/12/2017

Dernières actualités