Les secteurs

Les dirigeants de PME plus confiants dans la pérennité de leur activité

07.05.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Les dirigeants de PME ne broient plus autant de noir qu'il y a un an. Selon un sondage réalisé par BVA pour la CGPME et la Banque Populaire, non seulement 90 % des dirigeants de TPE-PME sont confiants sur la pérennité de leur entreprise pour les douze prochains mois, mais, de plus, ils ne sont que 6 % à craindre la cessation de leur activité. Ils étaient près de 14 % en avril 2009. S'ils sont toujours prudents, les chefs d'entreprise constatent que la situation ne se dégrade plus : ils sont 65 % à déclarer que leur activité a été constante ou en croissance. Un résultat obtenu au prix d'un gros effort de réduction des coûts - 53 % des PME ont pris une telle mesure pour faire face à la crise -qui devrait rester d'actualité au cours des mois à venir -42 % des entreprises déclarent qu'elles vont continuer de le faire.


Le « business vert » attire peu

Si la majorité des TPE et PME maintiennent ou développent leurs affaires, elles ne seraient pas contre de nouveaux coups de pouce de la part de l'Etat. Et ce sondage, réalisé dans la perspective de la tenue à la mi-juin du congrès Planète PME, auquel Nicolas Sarkozy et François Fillon ont promis de participer, montre que les entreprises sont particulièrement sensibles à deux mesures gouvernementales : les allégements de charges sur les bas salaires (plébiscités par 66 % des PME) et la défiscalisation des heures supplémentaires (mise en avant par 51 % des entreprises). En revanche, l'exonération des charges sociales sur les embauches dans les TPE fait moins recette (39 % ) et le crédit d'impôt recherche encore moins (9 % ).

Enfin, force est de constater qu'en plein débat sur le Grenelle II de l'environnement, les entreprises ont du mal à accorder leurs actes et leurs déclarations. Alors qu'elles sont 81 % à déclarer prendre en compte les questions de développement durable dans leur réflexion, elles ne sont que 3 % à avoir investi dans le « business vert » pour faire face aux effets de la crise. Et elles ne sont pas plus nombreuses à envisager de tels investissements à l'avenir.

C. F., Les Echos, 05.05.2010

Dernières actualités