Les secteurs

Léon de Bruxelles fête ses vingt ans en grande forme

19.11.2009, source : Les Echos.fr

imprimer

Le spécialiste de la formule moules-frites échappe à la crise du secteur de la restauration. La baisse de la TVA, dont il a fait un levier de conquête commerciale, lui permet de conforter son expansion.
Retournement de conjoncture, crise du secteur de restauration : Léon de Bruxelles aurait pu rêver d'un autre contexte pour célébrer cette année son vingtième anniversaire. En dépit de cette morosité ambiante, le spécialiste de la formule moules-frites, qui a ouvert son premier établissement en juillet 1989 place de la République, à Paris, ne manque pas toutefois de motifs de contentement.
La chaîne, qui réunira 54 établissements à la fin de l'année, dont un en franchise, fait ainsi bonne figure avec un chiffre d'affaires prévisionnel pour 2009 de 90,8 millions d'euros (hors taxes), en hausse de 11,6 % par rapport à 2008, et de 3,7 % à périmètre comparable. « L'année 2009 se passe bien »,résumele président du directoire, Michel Morin, qui faisait un point hier sur l'activité et le développement de l'enseigne.


« Résultats en amélioration»

Cela étant, a-t-il rappelé, le premier trimestre a été « inquiétant » et l'inflexion de la tendance découle des actions commerciales engagées dès avril et amplifiées avec l'application, à compter du 1er juillet, de la TVA au taux réduit de 5,5 % pour le service à table. De fait, l'effort tarifaire de la chaîne se traduit par une réduction moyenne de 3,5 %, supérieure donc à l'impact réel des contreparties demandées par le gouvernement (- 3 % ), sachant que le ticket moyen est en retrait de 4,5 %. Léon de Bruxelles, qui a par ailleurs revalorisé les bas salaires (+ 3 % ), profite aussi de l'effet TVA. S'il ne peut pas communiquer sur la rentabilité de l'entreprise, dont la société de capital-investissement OFI Private Equity a pris le contrôle l'an dernier, Michel Morin reconnaît que ses « résultats seront en amélioration »par rapport à 2008.
En outre, « la baisse de la TVA conforte » le développement en propre du réseau. Tout en confirmant son objectif de 100 restaurants à l'horizon 2015, la direction de Léon Bruxelles travaille en effet sur un format réduit de restaurant de 150 places - à comparer à près de 200 -, afin d' « attaquer des villes moyennes »,rendu possible avec la nouvelle donne économique. Les deux premiers sont annoncés pour la fin 2010, à Bourges et Arras.

C. P., Les Echos le 18/11/09
 

Dernières actualités