Les secteurs

Le secteur du bâtiment perdra 50.000 emplois cette année

26.11.2009, source : Les Echos.fr

imprimer

Le monde du bâtiment avait longtemps espéré que les mesures de relance contribueraient à redresser dès cette année le niveau d'activité des chantiers. Il a dû faire une croix sur cet espoir et revoit aujourd'hui ses prévisions. Le secteur s'attend désormais pour 2009 à une destruction nette de 50.000 emplois (dont 25.000 en intérim). En 2010, c'est quelque 30.000 postes supplémentaires qu'il devrait à nouveau perdre (dont 5.000 en intérim). « En 2009 par comparaison avec 2008, l'activité se repliera en volume de 7,1 % et non de 4 % comme nous l'espérions »,a indiqué hier le président de la Fédération française du bâtiment (FFB), Didier Ridoret. C'est un peu plus sévère que le - 6 % en volume prévu par la FFB en début d'année, avant l'annonce du plan de relance. La fédération ne s'attend toutefois qu'à un recul de 1,6 % pour les travaux d'entretien-rénovation, traditionnellement beaucoup plus rapides à réagir aux mesures de stimulation de la demande que la construction neuve (la moitié de l'activité du secteur), où la baisse devrait atteindre 12,5 %.
Le délai d'inertie existant entre les décisions d'investissement et le lancement effectif des travaux explique en bonne partie ces chiffres en berne. Il faut ainsi compter un an en moyenne entre le lancement d'un programme de logements et sa mise en chantier, compte tenu des délais nécessaires à l'obtention du permis de construire et à la pré-commercialisation. Mais, par ailleurs, « nous avons eu de mauvaises surprises cette année, en particulier sur la tenue de l'immobilier tertiaire privé : les bureaux, mais aussi les commerces, dont le marché avait bien résisté avant de connaître un recul des mises en chantier depuis septembre », analyse Loïc Chapeaux à la FFB.


Recul d'activité limité en 2010

Dans le secteur résidentiel aussi, les chantiers souffrent. Selon les données publiées hier par le ministère de l'Ecologie, sur les douze mois arrêtés à octobre, le nombre des mises en chantier (338.000) s'est replié de 17,0 % par rapport au chiffre constaté au cours des douze mois précédents. Sur ce total, 182.000 mises en chantier concernaient les logements individuels (- 13,4 % ), qui ont beaucoup mieux résisté que les logements collectifs (- 23,4 %, à 136.000 mises en chantier). Du côté des permis de construire, dans le même temps, 406.000 logements ont été autorisés, soit 16,4 % de moins qu'entre novembre 2007 et octobre 2008. Les permis de construire ont davantage reculé dans le secteur des logements collectifs (- 24,6 % ) que dans celui des logements individuels (- 11,6 % ).
Les retombées du plan de relance sur les chantiers devraient en revanche être perceptibles l'an prochain et la FFB s'attend pour 2010 à un recul d'activité limité à 3,1 %, dont - 7,2 % pour la construction neuve et une légère progression de 0,5 % dans l'entretien-rénovation, qui bénéficie à plein des incitations à la rénovation énergétique.

MYRIAM CHAUVOT, Les Echos le 25/11/09

Dernières actualités