Les secteurs

Le prix des fonds de commerce s'est maintenu malgré la crise

04.04.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Le premier baromètre Bodacc sur les « ventes et cessions » de commerces et d'entreprises en France, réalisé avec Altares, a été présenté jeudi. En 2010, 44 000 opérations ont été enregistrées, pour un montant moyen de 176 000 euros. La restauration représente un quart des transactions.


Combien vaut aujourd'hui un fonds de commerce ? La crise a pesé sur les volumes, mais pas sur la valeur des commerces et des entreprises cédés, a indiqué jeudi 31 mars le premier baromètre du Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales (Bodacc), réalisé avec Altares. Ainsi, si le nombre de « ventes et cessions » s'est stabilisé l'an dernier (+ 0,9 %, à 44 150), il avait connu une chute de 18 % en 2009. En valeur, en revanche, le montant moyen des cessions est resté stable sur toute la période, autour de 176 000 euros. « En dépit de la crise, les chefs d'entreprise ont réussi à préserver le prix de vente le plus adapté à la valorisation de leur entreprise. Ils ont préféré différer une cession plutôt que brader leur activité », analyse Thierry Millon, directeur des études d'Altares.


Profil type : moins de 3 salariés et 500 000 euros maxi de chiffres d'affaires

Ces chiffres, toutefois, cachent de fortes disparités : si l'étude écarte les valeurs atypiques (les reprises à l'euro symbolique et la vingtaine de transactions supérieures à 10 millions d'euros), le prix médian (qui sépare une population en deux parts égales) d'un fonds de commerce est resté l'an dernier deux fois moins élevé (80 000 euros) que le prix moyen. Le profil type de la cible d'un repreneur est en effet une micro-entreprise (moins de trois salariés) avec un chiffre d'affaires inférieur à 500 000 euros (ou inconnu).


Avec 10 300 transactions en 2010, le secteur de la restauration a représenté près du quart des transmissions (+ 6,6 % ). Les débits de boisson ont eux aussi affiché une hausse d'environ 6 %, tant en nombre d'opérations (2 450) qu'en montant moyen (162 000 euros). « Ce secteur, où l'on a tendance à se plaindre - à tort ou à raison -, attire encore un public de repreneurs important », note Thierry Millon.


Eviter les idées fausses et orienter les politiques territoriales

Les prix les plus élevés se retrouvent, de loin, dans le secteur des « soins de la personne et de l'optique », avec un prix moyen d'achat à 1 million d'euros, tiré par les pharmacies (1,3 million). A l'inverse, la métallurgie a affiché l'an dernier une forte baisse (-26 % ) de sa valeur moyenne de cession, à 133 000 euros, s'expliquant cette fois, selon les auteurs de l'étude, par la crise.


En revanche, le transport routier de marchandises, qui subit lui aussi un contexte difficile depuis plusieurs années, affiche une forte hausse du montant moyen des transactions (+ 46 %, à 192 000 euros). Métallurgie et transport routier ne représentent que quelques centaines d'opérations par an.


Commandé par la Direction de l'information légale et administrative, le baromètre doit avoir deux vertus : éviter les idées fausses sur la valeur réelle des fonds de commerce, et orienter les politiques territoriales. A cet égard, le Nord et l'Ouest affichent les prix les plus élevés, derrière l'Ile-de-France et PACA.


VÉRONIQUE LE BILLON, Les Echos, le 01.04.2011

Dernières actualités