Les secteurs

Le paiement sans contact s'installe peu à peu en France

15.03.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Carrefour a émis 2,5 millions de cartes pour faire gagner du temps à ses clients à la caisse. Disneyland Paris peut recevoir des paiements sans contact. Une grande expérience est lancée à Nice avec banques et opérateurs mobiles.


Passer les portillons du métro avec sa carte bancaire. Payer sa baguette de pain et son journal en glissant sa carte ou son téléphone mobile devant un lecteur. Faire de son badge d'étudiant une carte prépayée sans contact. Pour de nombreux Japonais, Américains, Anglais ou Turcs c'est déjà une réalité. En France, le paiement sans contact s'installe peu à peu. L'heure des déploiements commerciaux est en train de succéder à celle des pilotes.


Carrefour a ainsi équipé près d'un millier de ses magasins de terminaux de paiement adaptés pour que ses clients titulaires de la carte Pass, proposée en partenariat avec MasterCard, puissent régler sans contact leurs achats inférieurs à 25 euros. Plus de 2,5 millions de cartes ont déjà été émises par l'enseigne, qui veut équiper l'ensemble de ses magasins cette année. Disneyland Paris est désormais en mesure de recevoir les paiements sans contact des clients dotés d'une carte ou d'un téléphone mobile adapté. Le mois prochain, la ville de Nice expérimentera à grande échelle le paiement sans contact. Plusieurs banques ont prévu de proposer des cartes à cet effet. Les trois principaux opérateurs de téléphonie mobile se sont par ailleurs engagés à distribuer à 3 000 de leurs abonnés des téléphones Samsung intégrant la technologie NFC pour effectuer des paiements à distance.


Une appétence démontrée

Le fonctionnement du « sans contact » est relativement simple : en dessous d'un petit montant (20 ou 25 euros), le client peut, s'il le souhaite, effectuer sa transaction sans saisir son code personnel, en présentant sa carte ou son téléphone mobile à quelques centimètres d'un terminal. Au-dessus de cette somme, la transaction nécessite la saisie du code. « C'est une solution pratique et sécurisée », explique Charlotte Desbons, chez Visa Europe. « Pour que cela marche, il faut qu'on arrive à une taille critique assez rapidement. » L'appétence des consommateurs a été démontrée par les différents tests. L'impulsion doit donc venir des banques… et des commerçants, afin d'étendre l'acceptation des moyens de paiement sans contact.


Les grandes enseignes de distribution devraient jouer un rôle moteur. « L'intérêt est évident pour elles comme pour leurs clients et l'écosystème est favorable puisque les cartes sont émises par les filiales de ces groupes de distribution », relève François Gandon, chez MasterCard France. Outre Carrefour, Auchan et Intermarché ont déjà lancé leurs propres programmes. Reste à savoir si les petits commerçants suivront.


Le succès du « sans contact » passe enfin par le secteur du transport, qui concentre beaucoup de paiements de petit montant. « L'effet d'usage quotidien stimule l'utilisation des paiements sans contact auprès des autres commerçants », note Charlotte Desbons. La RATP et Transdev ont déjà plusieurs projets dans les cartons.


Guillaume Maujean, Les Echos, 11/03/2010

Dernières actualités