Le géant européen des centres commerciaux surclasse le marché

2018-02-06T16:33:00+02:00

06.02.2018, 


imprimer

Unibail-Rodamco, foncière qui exploite centre commerciaux et bureaux, affiche une insolente santé. Le groupe va intégrer cette année les actifs de l'Australien Westfield aux Etats-Unis et en Angleterre.
 

Le commerce se porte plus ou moins bien selon les villes, mais Unibail-Rodamco affiche une insolente santé financière, avec un bénéfice net en hausse de 7,9 % à 1,2 milliard d'euros. Et ce résultat exceptionnel ne prend pas en compte celui du groupe australien Westfield dont le rachat, pour 20 milliards d'euros, des 33 centres implantés aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, ne sera vraiment acté qu'en mai prochain.

Dans les 71 centres que la foncière possède et exploite en Europe continentale, les loyers facturés aux enseignes ont augmenté (à périmètre constant) de 4,3 %. « Nous avons signé plus de 1.350 baux nouveaux en 2017, en augmentant les loyers concernés de 14,7 %. En 5 ans, nous avons, par exemple, modifié 75 % des espaces loués aux 4 Temps à la Défense », explique le président du directoire, Christophe Cuvillier.

A la rechercher de nouvelles enseignes, inconnues et innovantes, s'ajoute l'animation des centres grâce à des événements comme les « safari pokemons », ou le partenariat avec des fédérations sportives comme la NBA, dont les résultats en termes de fréquentation, et de chiffre d'affaires sont apparemment immédiats.

Une surperformance à l'échelle européenne

La croissance de 3,9 % du chiffre d'affaires d'Unibail-Rodamco dépasse celle de l'indice européen moyen, à 2,1 %. Avec quelques disparités selon les pays, où ses « flagships » accueillent chacun annuellement 11 millions de visiteurs : en France, les centres de la foncière affichent une hausse de 4,6 % contre 0,5 % pour la moyenne du marché, en Europe centrale c'est 5,9 % contre 4,3 %, et en Scandinavie 5,3 % contre 2,3 % grâce, notamment, à l'ouverture du Mall of Scandinavia à Stockholm en Suède.

Les résultats sont moins bons en Allemagne, en Autriche et en Espagne, où le centre commercial de Barcelone a souffert de l'attentat de l'été dernier et plus encore des soubresauts politiques de la Catalogne. En Allemagne, la moyenne est tirée vers le bas par la sous performance de CentrO à Oberhausen, en travaux.

Le portefeuille de bureaux, concentré à Paris et en région parisienne a également connu une croissance de 13,5 %, inattendue alors que la courbe des loyers de la région est plutôt plate.

Seule ombre au tableau, la baisse de 6,9 % de l'activité congrès et exposition de Viparis. « Le résultat se mesure sur les deux ans que dure la saison des congrès, précise Christophe Cuvillier. 2015 avait été une excellente année grâce à la cop 21. La rénovation du Hall 7 du parc des expositions va nous permettre d'accueillir à Paris des congrès qui n'y venaient plus, jusqu'à 35.000 personnes ».

Le groupe a vendu 7 centres commerciaux en 2017 et prévoit de céder pour trois milliards d'actifs cette année, afin de financer une partie de l'acquisition de Westfield. Les projets en développement représentent bien plus : 7,9 milliards d'euros, dont 76 % correspondent à des rénovations et des extensions de centres commerciaux à Velizy2, La Part Dieu à Lyon, le centre Gaité à Montparnasse, etc.

Les 24 % de projets nouveaux concernent surtout les bureaux, la tour Trinity dont la première pierre a été posée à la Défense, les tours Sisters dont le permis est obtenu et la tour Triangle annoncée depuis dix ans à la porte de Versailles et prévue désormais pour 2022. Sans oublier le centre commercial Val Tolosa, près de Toulouse, dont les travaux seraient prêts à démarrer malgré des recours. Les premières autorisations de ce projet remontent à 2009.

Catherine Sabbah, Les Echos, le 31/01/2018

Dernières actualités